•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Pierre Dufour fait le bilan sur la venue du premier ministre en Abitibi-Témiscamingue

Rattrapage du vendredi 14 août 2020
Pierre Dufour en mêlée de presse avec la ministre des Affaires municipales.

Le ministre Pierre Dufour

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région, Pierre Dufour, revient sur le passage du premier ministre François Lagault en Abitibi-Témiscamingue hier. Le premier ministre a maintenu que la sécurité de la route 117 était un enjeu de taille pour la région.

Le ministre Pierre Dufour appelle toutefois à la patience puisqu'il faudra compter encore plusieurs années avant de voir concrètement des changements pour cet axe stratégique.

« Par contre, avec toute la structure que cela prend, ça peut prendre jusqu'à 10 ans avant de voir la coupe du ruban finale pour dire qu'on fait l'inauguration comme on l'a fait avec la voie de contournement de la Ville de Rouyn-Noranda », dit-il.

Des véhicules sur la route 117.

Un peu plus de 5000 voitures et camions empruntent la route 117 chaque jour.

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Pierre Dufour précise que les élus de la région demandent la création d'un bureau de projet, puis des évaluations sur le type de travaux à mener. La journée que tu as un bureau de projet, que tu es inscrit au PQI (Plan québécois des infrastructures), normalement, dans les années qui vont suivre, il va y avoir ce projet qui se fait, et c'est ce qu'on appelle un projet de société, indique le minsitre.

Il remarque d'ailleurs que plusieurs éléments rendent la tâche plus compliquée, comme le fait qu'entre Malartic et Val-d'Or, on dénombre plus de 260 entrées de cours sur la 117, c'est-à-dire des entrées de résidences ou de commerces donnant sur la route 117.

C'est un nombre incroyable pour accéder sur une route à passage rapide, donc juste en parlant de ce bout de terrain-là entre Malartic et Val-d'Or, on a une grande problématique, note-t-il.

Pierre Dufour a aussi mentionné l'importance de changer le régime forestier.
L'idée, c'est de faire en sorte qu'on ait une structure établie pour les porteurs de coupe pour que les gens se promènent moins avec la machinerie, qu'on ait vraiment un travail qui se fait en forêt, une sylviculture adaptée et intéressante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi