•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Le Lasarrois Jean Brousseau revient sur son expérience à Beyrouth

Rattrapage du vendredi 14 août 2020
Un homme tenant une camera et portant un masque à oxygène dans la place publique à Beyrouth.

Des journalistes de Radio-Canada se sont rendus à Beyrouth après l'explosion au port.

Photo : Gracieuseté

Le caméraman Jean Brousseau, originaire de La Sarre, est en route pour revenir au Canada après avoir capturé des images de la dévastation au Liban. Il rapporte que son expérience a été éprouvante.

Le coeur de Beyrouth a été soufflé par de violentes explosions qui ont défiguré la capitale libanaise.

Un édifice démoli par l'explosion

Un édifice démoli par l'explosion, à Beyrouth.

Photo : Radio-Canada / Jean Brousseau

Joint à l'aéroport de Paris, Jean Brousseau reconnaît qu'il restera marqué par ce qu'il a vu au Liban.
Le premier mot qui lui vient en tête est désolation.

On ne peut pas faire autrement que revenir à la maison, le petit jardin, dans nos petites choses. On n'a pas à penser si on peut rentrer au pays. Je pense que le fait de se déplacer comme ça dans ces pays-là, dans ces événements-là, nous fait apprécier beaucoup ce qu'on a au Québec et au Canada. J'aurais pu en remporter des dizaines si j'avais pu, des gens qui voulaient venir s'installer au Canada, disant que c'était un pays tellement magnifique à leurs yeux, remarque-t-il.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

À son arrivée au pays, le caméraman observera une quarantaine préventive qui sera aussi une occasion de faire un bilan personnel de cette couverture journalistique.

Quand tout tombe avec un verre de vin, c'est là qu'on commence à repenser à tout ce qu'on a vu tout ce qu'on aimerait ne pas voir. Faire un peu le tri de tout ça et se donner une chance en se disant " c'est ton métier, tu l'as fait souvent. Garde quand même en tête ce que ces gens-là ont vécu", se dit-il.

Il remarque que l'explosion a changé la vie de milliers de gens qui, en quelques secondes, ont tout perdu : leur emploi, leur résidence, des proches.

Je vous mentirais si je vous disais qu'on peut rester indifférent, avoue-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi