•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

La Maison du bouleau blanc doit cesser temporairement ses activités

Rattrapage du mercredi 12 août 2020
Bâtiment bleu s'apparentant à une résidence, avec une affiche au devant indiquant le nom du centre de soins palliatifs, la « Maison du Bouleau blanc ».

Le centre de soins palliatifs La Maison du Bouleau blanc d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Le centre de soins palliatifs la Maison du bouleau blanc d'Amos doit temporairement suspendre ses activités. Liette Boyer, présidente du conseil d'administration, nous explique les facteurs qui ont mené à cette fermeture de quelques jours.

Du 7 au 19 août, la Maison du bouleau blanc interrompt son service clinique.

On a fait plusieurs démarches pour éviter l'interruption du service clinique, mais tout s’est soldé par malheureusement un déficit pour avoir du personnel pour certains quarts de travail, explique Liette Boyer.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Elle rapporte que la pénurie de personnel a poussé l’équipe à prendre cette décision difficile.

Les soins aux personnes, c’est 7 jours par semaine, 24 heures par jour, alors on ne pouvait pas laisser des quarts de travail non complétés. Et en faisant cette interruption, on a pensé pouvoir intensifier nos recherches de personnel, note recrutement parce que notre perso en place se dévoue corps et âme et pouvait tomber en épuisement. Plusieurs personnes faisaient des 16 heures alors on s’est dit "Bon il faut prendre des actions".

Bien que la Maison du bouleau blanc collabore avec le Centre intégré de santé et services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue et deux agences privées pour engager des infirmières et/ou des infirmières auxiliaires, les restrictions sanitaires dues à la COVID-19 réduisent les possibilités d’engager du personnel.

En effet, un employé qui travaille dans un établissement de santé ne peut pas aller dans un autre établissement, même si les deux établissements collaborent, afin d’éviter la propagation du virus.

Le communiqué vise à informer la population que c’est une décision qu’on a prise à contrecœur, qu’on était vraiment triste de prendre, et c’était aussi un peu un appel à l’aide, précise Liette Boyer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi