•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Des lacs dévitalisés en Abitibi-Témiscamingue

Rattrapage du lundi 3 août 2020
La prolifération d'algues dans le lac Osisko est importante.

La prolifération d'algues dans le lac Osisko est importante.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc belzile

La santé des lacs est une source de préoccupation pour le juriste abitibien en droit de l'environnement Rodrigue Turgeon.

Une enquête du Journal de Montréal pointe les lacs Dufresnoy, Hervé, Osisko (dans la MRC de Rouyn-Noranda) et Abitibi (dans la MRC d'Abitibi-Ouest) comme sévèrement touchés.

Rodrigue Turgeon, aussi connu comme membre de comités citoyens voués à la défense du territoire, constate que plusieurs lacs sont menacés dans différentes MRC.

On pense aussi au lac Blouin qui est dans un stade très avancé d'eutrophisation, comme le lac de Montigny. Les deux lacs dont je vous parle sont dans le coin de Val-d’Or. Mais on a également le lac Macamic qui est dans un état assez préoccupant, et également la lac D’Alembert dans le bassin Versant de la rivière Abitibi, précise Rodrigue Turgeon.

Il indique que l'eutrophisation fait partie du processus de vieillissement normal des lacs, mais que les activités humaines viennent accélérer le processus, qui devrait durer des milliers d’années et qui se déroule actuellement sur des dizaines d’années.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

En général, le phosphore et l’azote sont les deux substances principalement responsables de ce phénomène.

Rodrigue Turgeon croit qu'il serait temps d'entamer de sérieuses réflexions dans la région sur l'avenir des cours d'eau.

On est encore à une époque dans l'évolution de l’environnement, chez nous, où on peut agir sur ces questions-là, c’est sûr que c’est encourageant, il faut le souligner. C’est sûr que ça prend de la volonté. La première chose qu’il faudrait qu’on ait de manière pressante, c’est qu’il faudrait vraiment qu’on ait une discussion en Abitibi sur le sort de nos rivières, estime-t-il.

La situation pourrait être même plus préoccupante qu’on pourrait le penser, déplore-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi