•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la recherche de solutions pour le transport aérien en Abitibi-Témiscamingue

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

À la recherche de solutions pour le transport aérien en Abitibi-Témiscamingue

Rattrapage du mercredi 15 juillet 2020
La silhouette d'un avion se détache dans un ciel couvert.

La silhouette d'un avion se détache dans un ciel couvert.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le maire de Val-d'Or et la mairesse de Rouyn-Noranda travaillent en collaboration avec des transporteurs régionaux pour rétablir un lien aérien entre l'Abitibi-Témiscamingue et les grands centres.

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, souligne que, même si Air Canada avait annoncé qu’elle reprendrait ses activités à l’aéroport de Rouyn-Noranda en septembre, il se peut que des modifications soient apportées et que l’offre de service change.

Donc, la situation est fragile. Ce que l’on souhaite à Rouyn-Noranda c’est de travailler régionalement à trouver des solutions pérennes pour le transport aérien en région. Ça ne date pas d’hier, mais je pense que c’est une occasion de régler le dossier une fois pour toutes. C’en est assez de traiter les régions de cette façon-là, affirme la mairesse.

Pierre Corbeil indique que la municipalité doit se tourner vers des transporteurs régionaux depuis qu’Air Canada a annoncé qu’elle fermait son escale à Val-d’Or.

On a des atouts, on a Propair, on a Air Creebec et je pense que c’est avec eux qu’on va travailler à reprendre le service, dit-il.

Pierre Corbeil et Diane Dallaire s’entendent pour dire qu’ils interpelleront les gouvernements provincial et/ou fédéral pour de l’aide financière, car la crise de la COVID-19 a généré des pertes importantes pour les aéroports.

En effet, Pierre Corbeil indique que les activités d’Air Canada représentaient environ 25 % des revenus de l’aéroport de Val-d’Or. À Rouyn-Noranda, l’aéroport a subi des pertes d’environ 100 000 $ par mois en raison de la pandémie, rapporte Diane Dallaire.

On veut déposer un plan de relance régional d’ici l’automne en collaboration avec nos gens en demandant du soutien financier. C’est sûr que ça va prendre du soutien financier, lance la mairesse.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Pierre Corbeil ajoute que le transport aérien est nécessaire pour relier les communautés autochtones, notamment celles dans le secteur de la Baie-James.

On veut désenclaver non seulement une localité, mais toute une région, et aussi la remettre en lien avec ses voisins au sud et au nord, dit-il.

Demain, le 16 juillet, les maires ont une rencontre prévue avec TREQ et un autre promoteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi