•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle coopérative souhaite offrir des vols régionaux

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Une nouvelle coopérative souhaite offrir des vols régionaux

Rattrapage du mardi 14 juillet 2020
Vue d'ensemble de l'appareil, dans un hangar.

Le Global 7500, avion d'affaires de Bombardier, à l'usine de finition de Montréal, en décembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Un groupe d'investisseurs espère obtenir l'appui financier de Québec pour créer un nouveau transporteur aérien québécois sous la forme d'une coopérative. La coopérative TREQ a pour objectif de desservir les régions qui n'ont actuellement pas accès à du transport aérien.

Le président de l'aéroport international de Mont-Tremblant, Serge Larivière, est l'un des fondateurs de cette coopérative TREQ. Selon lui, l’annonce récente d’Air Canada de suspendre indéfiniment 30 liaisons au Québec démontre qu’il faut changer la structure du système de transport aérien.

On travaillait déjà sur un projet depuis un bon bout de temps et l’annonce d’Air Canada nous a donné un électrochoc et nous a ouvert cette espèce de fenêtre d'opportunité pour trouver une solution à long terme qui a plus de sens que le modèle actuel, dit Serge Larivière.

L'Aéroport régional de Val-d'Or, en Abitibi-Témiscamingue

L'Aéroport régional de Val-d'Or, en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Villeneuve

On veut que les régions s’impliquent dans le projet, prennent le contrôle de leur destinée, affirme-t-il. C’est un peu les frustrations depuis plusieurs années de dire qu’on subit de façon impuissante les décisions que les transporteurs privés prennent. C’est le temps de changer les choses.

La nouvelle coopérative serait administrée par divers élus et organismes régionaux, comme des chambres de commerce.

Serge Larivière mentionne par ailleurs que la nouvelle coopérative veut attirer les clients en offrant des prix plus bas.

À Timmins, où ça fonctionne très bien, Porter airlines et Air Canada Jazz offrent des allers-retours entre 280 $ et 360 $, taxes incluses, mentionne-t-il. Si on est capable de faire un tel système en Ontario et dans le reste du pays, pourquoi pas au Québec?

Le groupe d'investisseurs affirme avoir réservé cinq appareils Bombardier de 78 places qu'ils prévoient exploiter eux-mêmes, ce qui permettra selon eux d'offrir des billets à des prix abordables.

La coopérative Treq prévoit des liaisons à partir de Montréal ou Québec jusque dans plusieurs villes du Québec, dont Rouyn-Noranda. Elle espère pouvoir lancer le service aérien pour l’été 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi