•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enseigner autrement, un colloque bientôt!

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Enseigner autrement, un colloque bientôt!

Rattrapage du lundi 1 juin 2020
Une classe, avec les chaises sur les pupitres.

Une salle de classe

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Le confinement et la suspension des cours dans les écoles dus à la pandémie a un impact chez les jeunes, selon le docteur en neurosciences, Joël Monzée

Plusieurs devront composer avec des retards d'environ 3 mois dans les apprentissages reçus. Pour le docteur Joël Monzée, reprendre le temps perdu pourrait être périlleux s'il n'est pas bien planifié.

On va peut-être le voir encore un peu plus chez les adolescents qui sont restés beaucoup plus longtemps dans leur maison que chez les jeunes du primaire qui, à l’exception de Montréal, qui sont retournés à l’école depuis quelques jours, mais ce qui est certain, c’est qu’il va y avoir une certaine détresse. Il y a un risque de démobilisation, de démotivation pour pouvoir finaliser son secondaire, explique-t-il. Les adolescents, ce sont des jeunes qui ont besoin de relations sociales, de leurs copains, de leurs copines. C’est ainsi qu’ils apprennent la vie qu’ils développent leur autonomie.

Le Dr Monzée suggère d'adapter l'enseignement et prévoir des appuis individuels.

Un colloque virtuel intitulé Enseigner autrement se tiendra au 11 au 14 juin pour se pencher sur les défis du retour en classes.

Pour écouter l’entrevue, cliquez sur l’audiofil.

Dr Monzée s’est également prononcé sur les problèmes que pourraient rencontrer les jeunes qui ont passé plusieurs semaines devant des écrans pour jouer à des jeux vidéos, notamment. Curieusement, on avait une table de discussion avec différents experts au Québec sur justement sur l’impact du numérique sur les jeunes, elle a été stoppée à cause de la crise actuelle. Mais ce qui est certain, c’est que certains jeunes vont avoir beaucoup de difficulté à quitter cet univers virtuel qui leur aura peut-être permis de tolérer tant bien que mal la situation dans laquelle ils étaient depuis plusieurs mois, mais qui va avoir des effets dommageables, ajoute-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi