•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Peek-a-boo : Luc Farrell filme l'éveil du printemps

Rattrapage du jeudi 14 mai 2020
Un petit renard s'approche de la caméra que Luc Farrell a installée au niveau du sol.

Un petit renard s'approche de la caméra que Luc Farrell a installée au niveau du sol.

Photo : Capture d'écran de la vidéo Peek-a-boo

Un photographe professionnel de Rouyn-Noranda, Luc Farrell, a créé une vidéo où l'on a un accès privilégié pour observer plusieurs animaux dans leur habitat naturel, dans le secteur de Rouyn-Noranda.

La vidéo, publiée par le réseau CBC à la suite d’une collaboration avec une boîte de production de Vancouver, nous permet de rentrer dans l’intimité de castors, de renards, de loutres, de merles et de plusieurs autres animaux de la forêt. Pour visionner la vidéo, cliquez ici (Nouvelle fenêtre). Certaines images ont même été prises du balcon de Luc Farrell, à Rouyn-Noranda.

Un oiseau noir aggippé à un arbre nourrit ses petits en leur donnant des verres de terre.

Un pic à dos noir observé dans le secteur de Rouyn-Noranda et photographié par Luc Farrell.

Photo : Luc Farrell

Luc Farrell apprécie particulièrement explorer la nature au printemps. Tout éclot dans la forêt, il y a beaucoup de naissances, donc il y a beaucoup d'opportunités, explique-t-il.

L’automne offre aussi de belles images, car avec la dispersion des jeunes animaux et la forte population avant l’arrivée de l’hiver, on peut observer les déplacements de nombreuses espèces.

Comment être aussi proche?

Dans la vidéo, les animaux s’approchent de la caméra à un tel point qu’on peut avoir l’impression de rentrer littéralement dans leur habitat naturel.

Généralement, je travaille avec une caméra que j’installe quand la situation le permet, explique Luc Farrell.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Afin d’obtenir des images montrant les animaux d’aussi près, ça prend beaucoup de chance et beaucoup de patience, mais ce que je fais, ce que je vais répéter mes visites au même endroit, précise-t-il, pour obtenir le bon angle et le plus de prises de vue possible.

D’ailleurs, depuis les mesures de confinement, Luc Farrell a remarqué que de plus en plus de personnes viennent marcher en forêt, mais cela ne nuit pas trop à son travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi