•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où en est le souverainisme au Québec?

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Où en est le souverainisme au Québec?

Rattrapage du lundi 20 avril 2020
La députée sourit sur le plateau de Tout le monde en parle.

Catherine Fournier

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

La députée souverainiste indépendante Catherine Fournier estime que la crise de la COVID-19 pourrait redonner de la vigueur au mouvement nationaliste au Québec.

Elle estime que le gouvernement gère bien la crise et que la crise témoigne de la capacité du Québec à résoudre des situations difficiles.

Je lève vraiment mon chapeau au gouvernement en place à Québec, affirme Catherine Fournier lors de l'entrevue.

Selon la députée de Marie-Victorin, la gestion de la crise aurait pu s’effectuer de façon plus efficace si le Québec n’avait pas été dépendant des consignes fédérales. Elle mentionne par exemple la fermeture de la frontière avec les États-Unis et l’adaptation des programmes d’aide à la réalité de la population québécoise.

Ça démontre à quel point l'indépendance est accessible et faisable et serait une bonne chose pour nous.

La députée indépendante de la circonscription de Marie-Victorin, Catherine Fournier

Solidarité citoyenne et politique

Elle souligne d’ailleurs les nombreuses initiatives d’entraide entamées par la population depuis le début du confinement.

Tout le monde met la main à la pâte, je trouve que cette solidarité est vraiment très belle à voir, remarque Catherine Fournier.

Elle précise que le ressent encore plus qu’avant le sentiment de fierté d’être québécoise et pense que beaucoup de personnes le vivent aussi.

Je sens quelque chose de plus fort peut-être parce qu’on sent plus proche des uns des autres et qu’on a le besoin de se serrer les coudes, de façon virtuelle, indique-t-elle.

Les députés de l'Assemblée nationale aussi font preuve de davantage de collaboration entre eux, rapporte Catherine Fournier, alors qu'ils ne peuvent se consulter que par téléphone ou visioconférence. Elle observe que le ton de la CAQ s’est adouci et se montre plus ouvert aux propositions des autres partis.

Je me prends souvent à rêver que la crise pour mener à moins de partisanerie dans la politique, raconte-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi