•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guide du parfait petit confiné : Retour à la terre

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Guide du parfait petit confiné : Retour à la terre

Rattrapage du jeudi 16 avril 2020
Poules pondeuses dans un enclos de Saint-Étienne-des-Grès, en Mauricie.

Poules pondeuses dans un enclos de Saint-Étienne-des-Grès, en Mauricie.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Dominic Lamontagne, auteur du livre Artisan fermier : Manuel d'élevage artisanal du poulet de chair, de la poule pondeuse et de la chèvre laitière, nous parle de l'agriculture vivrière, soit une agriculture qui repose surtout sur la consommation de ce que l'on produit et l'économie de subsistance.

Avec le confinement, certaines personnes retournent aux habitudes d’antan, et l’agriculture pourrait connaître un regain de popularité. Dominic Lamontagne donne quelques conseils pour commencer ses propres élevages.

Je pense que ce qui manque le plus, c’est l'intérêt et la détermination, lance-t-il au départ. Selon lui, l’agriculture peut être accessible à tous, à différents degrés, dépendamment du lieu où l’on vit et de notre intérêt.

Sur son terrain, l’auteur a deux chèvres laitières, quatre chevreaux, deux boucs, une centaine de poules, quelques coqs pour assurer une bonne génétique reproductive, et deux grosses chiennes bergères.

J’aime parler d’autonomie élémentaire, précise Dominic Lamontagne, qui croit que l’on doit commencer l'agriculture vivrière de façon graduelle.

Premières étapes

La poule pondeuse

Dominic indique que la plus grande difficulté que présente une poule pondeuse, c’est l’inévitabilité de l'hiver. C’est souvent là que les gens abandonnent, mais c’est le test ultime, dit-il.

Il indique qu’une poule pondeuse peut pondre jusqu’à une durée de trois ans. La poule étant omnivore, elle peut se nourrir de diverses herbes. Ceux qui le souhaitent peuvent abattre la poule pour la manger. C’est ce qui mène Dominic Lamontagne à parler du poulet de chair.

Le poulet de chair

Je dirais que c’est peut-être plus facile que la poule [...] parce que ça peut être prêt à manger en moins de deux mois, mentionne Dominic Lamontagne.

L’élevage en pâturage peut durer environ deux mois, comme de la fin juin à la fin août. Les gens peuvent facilement élever une douzaine de poulets dans une cage, estime l’agriculteur.

Plusieurs se sentiront réticents à l’idée de consommer les poules qu’ils ont élevées. Pour Dominic Lamontagne, c’est un processus normal.
L’abattage, c’est la récolte, dit-il.

À travers de tout ça, ce qui est le fun, c’est que quand tu mets la main à la pâte et que tu retournes à l’épicerie, tu te rends compte que ça ne se fait pas tout seul.

Dominic Lamontagne

Chèvre laitière

Ce que j’aime du ruminant, c’est qu’elle satisfait de pâturages indigènes, des vivaces, rapporte Dominic Lamontagne.
En effet, la chèvre peut manger toutes sortes de fourrages, de plantes et de céréales, ce qui facilite son alimentation.

On trait son lait de l’été jusqu’au mois de décembre, lait que l’on peut ensuite boire ou transformer en yogourt ou en fromage.

La chèvre, c’est, je trouve, le premier maillon vers une autonomie alimentaire plus sérieuse, conclut Dominic Lamontagne.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi