•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les attentes et les droits de vos employeurs en télétravail

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Les attentes et les droits de vos employeurs en télétravail

Rattrapage du lundi 6 avril 2020
Une femme a son bébé dans les bras tandis qu'elle travaille sur un ordinateur.

Plusieurs personnes doivent maintenant effectuer du télétravail en cette période de pandémie, et cela requiert une période d'adaptation pour les employés et les employeurs

Photo : iStock

Des milliers travailleurs au pays ont commencé à faire du télétravail pendant la pandémie de COVID-19. Certains employeurs s'attendent à obtenir le même rendement de la part de leurs employés et les surveillent à distance. Quelles sont les règles à respecter sur le plan légal?

Me Marianne Plamondon, avocate en droits du travail associée au cabinet Langlois, explique que l’employeur a le droit de surveiller le travail de ses employés tout en respectant certaines conditions.

Durant les heures de travail, sur l’outil fourni par l’employeur, même si on est à distance, pourvu que ce ne soit pas de façon continue et systématique, il n’y a pas vraiment d’enjeu de vie privée parce que l’employé est rémunéré et sur ses heures de travail, explique Me. Plamondon.

Elle indique que si ce sont des vérifications sporadiques, comme un patron pourrait le faire en allant voir un employé dans son bureau, cela demeure légitime.

Un homme assis sur son divan avec un chien travaille à l'ordinateur.

Pour être efficace, le télétravail doit être planifié.

Photo : getty images/istockphoto

Me Plamondon ajoute qu'en cette période de pandémie, plusieurs employeurs ont raison de s'inquiéter d'une diminution de l'efficacité et de la productivité de certains employés puisqu'auparavant, les personnes en télétravail étaient celles qui pouvaient démontrer qu'elles travaillaient de façon assidue.

Là, tout le monde s’est retrouvé en télétravail, sans avoir fait de tri, et tout le monde se retrouve dans une situation de très haute confiance, souligne Me Plamondon.

Franchir la ligne, ou pas

Toutefois, il peut y avoir une atteinte à la vie privée si l’employeur utilise des outils de surveillance continue qui donnent accès sans arrêt à l’écran de l’employé et qui permettent de surveiller ses moindres faits et gestes.

Là on tombe dans la surveillance, affirme Me Plamondon.

L’enjeu, c’est que les outils informatiques maintenant sont tellement puissants qu'on a accès à tout ce qui se fait sur l’ordinateur portable de l’employé, alors les employeurs doivent prendre des précautions avant d’utiliser ces outils-là, souligne-t-elle.

L’employeur doit prouver qu’il a des motifs raisonnables et des doutes valides de croire que l’employé fait du vol de temps, car ce genre vérifications représente une atteinte à la vie privée.

De plus, l’employé a le droit d’être informé de ces méthodes de surveillance parce que si ce n’est pas le cas, l’employé pourrait utiliser l’argument de l’atteinte à la vie privée.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi