•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alain Guimond tente de quitter la Thaïlande

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Alain Guimond tente de quitter la Thaïlande

Rattrapage du mercredi 25 mars 2020
Un avion de ligne vole au loin dans un ciel complètement bleu. Il laisse derrière lui deux traînées blanches.

Revenir au pays après un long séjour à l'étranger comporte son lot de défis au temps du COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Alain Guimond, ex-candidat du Nouveau parti démocratique dans la circonscription d'Abitibi-Témiscamingue aux élections fédérales, a finalement décidé de revenir de Thaïlande, quelques semaines après avoir annoncé qu'il resterait en voyage dans le contexte d'épidémie de coronavirus.

À un moment donné, la situation devient un peu intenable et en plus demain le gouvernement va décréter l’état d’urgence, a dit Alain Guimond alors qu’il nous parlait au téléphone de l’aéroport de Bangkok.

Alain Guimond rapporte que lui et sa conjointe ont décidé que la meilleure solution était de revenir Canada. Il avaient entamé leur voyage le 14 décembre et avaient prévu revenir au mois de juillet.

C’est difficile qu’on puisse avoir vraiment du plaisir à voyager, reconnaît-il, addirmant qu'en cette période de crise, les déplacements et les visites s'avèrent diffificles.

La situation en Thailande

Je pense que ça a pris un peu tout le monde par surprise, même les Thaïs qui trouvent qu’on les prend un peu de court, croit Alain Guimond. Le gouvernement a en effet ordonné la fermeture de plusieurs commerces et services non-essentiels dès demain.

J’ai traversé Bangkok aujourd’hui et il y a encore beaucoup de monde sur les routes, même si on sent que ça s’est un peu calmé, dit M. Guimond.

L’aéroport de Bangkok aussi est rempli de gens qui espèrent dénicher un vol pour quitter le pays.

On se croise les doigts parce que les plans de vols, ces jours-ci, c’est quelque chose qui est assez ténu [...] je suis bien conscient que ça peut changer d’une heure à l’autre, avoue-t-il.

Comme plusieurs voyageurs de l’Abitibi-Témiscamingue qui ont voulu rentrer au pays, il a dû payer ses billets de retour à un prix exorbitant, soit plus de 1 000 $ pour 4 billets d’avion.

C’est un scandale, dit Alain Guimond en riant à propos du coût de ses billets de retour. Il espère pouvoir se faire rembourser une fois qu’il sera de retour au pays. Il déplore d’ailleurs que les prix élevés freinent certains voyageurs qui souhaitent rentrer chez eux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi