•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Communautés autochtones et covid-19 :  des fermetures complètes

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Communautés autochtones et covid-19 :  des fermetures complètes

Rattrapage du lundi 23 mars 2020
Photo de Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

Photo : Reuters / Chris Wattie

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, indique que les communautés se sont mobilisées face à l'épidémie de coronavirus.

Il rapporte qu’à l’APNQL, depuis une semaine, le bureau et les commissions qui oeuvrent autour d’eux ont implanté le télétravail.

On a des appels quotidiens avec les autorités compétentes du gouvernement du Québec et du gouvernement fédéral pour s’assurer que l’information qui touche le virus soit disponible aux Premières nations en temps réel, indique M. Picard.

Plusieurs communautés dans la province ont complètement fermé, empêchant les entrées et les sorties. Il observe qu'à la communauté de Lac-Simon, l'accès sera restreint, mais ne peut pas indiquer la situation dans toutes les communautés de l'Abitibi-Témiscamingue.

Eau potable et logements

La réalité dans les communautés autochtones augmente le risque de propager le coronavirus et peut rendre difficile le respect des instructions gouvernementales. Par exemple, beaucoup de personnes vivent dans un seul logement.

C’est des défis extrêmement importants qui se présentent chez nous, dit M. Picard.

De plus, ce ne sont pas toutes les résidences qui ont accès à l’eau potable.

Il faut composer avec ça, mais il faut également agir rapidement, d’où l’importance d’être bien arrimés avec les deux gouvernements, a dit M. Picard.

Il souligne que les communautés doivent s’adapter à cette nouvelle réalité sur le plan de certaines pratiques. Par exemple, les rituels pour les funérailles font partie des gestes que les résidents changeront pour permettre des funérailles tout en respectant l’esprit des personnes, a conclu M. Picard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi