•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Payer plus cher la nuit dans les restaurants

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Payer plus cher la nuit dans les restaurants

Rattrapage du jeudi 9 janvier 2020
Une enseigne de casse-croûte indique «Chez Morasse, 24h, depuis 1969, la meilleure poutine au monde».

L'enseigne du restaurant Chez Morasse, de Rouyn-Noranda

Photo : Facebook/Chez Morasse

Le restaurant Chez Morasse à Rouyn-Noranda a annoncé qu'il ne sera plus ouvert 24 heures sur 24 et que les prix augmenteront de 12 % après 23 h. Un changement que d'autres restaurateurs pourraient adopter.

Cette hausse des prix ne surprend pas Sylvain Charlebois, directeur principal du laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire à l’Université de Dalhousie.

Il indique qu'avec la pénurie de main-d'oeuvre, les restaurateurs peinent à combler les quarts de travail la nuit, qui peuvent être moins attrayants.

Souvent, lorsqu’on parle de quarts de travail tard le soir, durant la nuit, ce n’est pas toujours évident. L’atmosphère est différente et plus difficile à gérer. Ce dont je me rends compte, dans le fond, c’est que les restaurateurs tentent d’établir un genre de contrat social entre leur établissement et la clientèle. Autrement dit, si vous voulez avoir votre poutine, vos produits, après une certaine heure, et bien, il faut payer le prix, dit-il.

Un homme se tient devant une fenêtre sur un étage éclairé d'un édifice à bureaux plongé dans le noir.

Plusieurs personnes qui travaillent de nuit fréquentent les restaurants ouverts 24 heures.

Photo : iStock

Charger cher ou fermer?

Sylvain Charlebois indique que le succès de cette nouvelle approche dépend de la popularité du restaurant et de la réticence des clients à payer davantage.

Est-ce que les gens sont prêts à payer? C’est vraiment l’avenir qui va nous le dire.

Sylvain Charlebois, directeur principal du laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire à l’Université de Dalhousie

Par exemple, le restaurant Ashton, à Québec, a fermé ses portes un mois après avoir annoncé que les prix seraient plus élevés la nuit.

Sylvain Charlebois ajoute qu'en 2020, le prix des menus au Québec devrait augmenter d'environ 4 %.
À un moment donné, il va falloir s’attendre à ce que le prix des menus augmente, souligne M. Charlebois.

Dans le quartier Noranda, le restaurant Morasse était le seul à offrir un service 24 heures sur 24.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi