•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année exceptionnelle pour la Grande Guignolée en Abitibi-Témiscamingue

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Une année exceptionnelle pour la Grande Guignolée en Abitibi-Témiscamingue

Rattrapage du vendredi 6 décembre 2019
Mélanie Hainse et son fils Antoine posent dans la rue et tiennent une bouteille de dons.

Mélanie Hainse et son fils Antoine sont bénévoles pour la collecte extérieure de la Guignolée des médias aujourd'hui à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Le président d'honneur de la Guignolée des médias, Martin Chevalier, de la fondation des policiers et policières d'Abitibi-Ouest, nous parle du bilan de la région pour la journée de collecte extérieure.

Par rapport à l'année dernière, c'est une augmentation 13 800 $, et quelques poussières, de générosité qui s'est accumulée dans les coffres, se réjouit Martin Chevalier.

Des records constants

Il remarque que d'année en année, le bilan de la journée de collecte extérieure est plus élevé.

Effectivement, je peux constater que, depuis les 18 dernières années où je suis impliqué, ça augmente toutes les années. Je pense que les organisations se raffinent pour être beaucoup plus efficaces.

Le président d'honneur de la Guignolée des médias de la région, Martin Chevalier

Je pense que la générosité de la population, et celle des bénévoles aussi, qu'il ne faut pas oublier, expliquent, d'année en année, que, malgré les situations financières que certaines personnes vivent, elles se font un devoir quand même de donner généreusement pour les plus démunis, croit-il.

L'Abitibi-Témiscamingue a d'ailleurs amassé plus d'argent que la région de Montréal.
On n'a pas rien à envier à Montréal, a affirmé le président d'honneur.

Dans les jours qui suivront, les bénévoles donneront encore de leur temps pour préparer et redistribuer les dons.
Je ne sais pas si vous êtes déjà eu l chance de passer dans les locaux où ça se prépare, c'est une vraie fourmilière, des caisses de cartons qui sont remplies de denrées, de cadeaux, conclut Martin Chevalier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi