Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du lundi 14 octobre 2019

Au pays des Wahgoshigs

Publié le

Les 5 personnes sont assises autour d'une table avec le matériel pour fabriquer les sacs
5 Franco-Ontariens confectionnent des sacs à tabac   Photo : François Vincelette/Drone Studio

Maurice J. Kistabish, qui a collaboré à la série de reportages Au pays des Wahgoshigs nous a parlé ce matin de ce projet durant lequel six Franco-Ontariens de tous horizons ont partagé pendant deux semaines le quotidien de la réserve.

C’est une expérience enrichissante de tous les points de vue, indique Maurice J. Kistabish, qui a non seulement été interviewé dans le cadre des reportages, mais qui a également agi en tant que vigile de l’histoire de cette communauté.

Ça aide aux rapprochements entre nations en même temps.

Maurice J. Kistabish

Au pays des Wahgoshigs comprend quatre épisodes, des blogues, un album photo et des vidéos inédites, pour en nommer quelques-uns, tous des contenus démontrant la culture, les traditions, l’histoire et la réalité actuelle de cette Première nation située en Ontario, à environ 50km à l’ouest de Duparquet.

Les six personnes sur un balcon face au lac, un verre à la main
Six Franco-Ontariens ont partagé le quotidien de la Première Nation Wahgoshig   Photo : François Vincelette/Drone Studio

La communauté de Wahgoshig, à l’origine c’était une communauté, je trouve, qui a été séparée en deux maintenant, explique Maurice J. Kistabish. Une partie s’est ramassée en Ontario et l’autre partie s’est ramassée en Abitibi, du côté du Québec.

Maurice J. Kistabish estime que ce type de projet devrait se répéter puisqu’il favorise les relations entre autochtones et non-autochtones.

C’est une expérience qui devrait se faire un peu plus souvent parce que je suis certain qu’il y a beaucoup de mythes ou encore ou de méconnaissances qui tomberaient et il y aurait moins de discrimination s’il y avait plus de projets dans ce genre-là qui se feraient partout près des territoires des Premières nations, crot-il.

Il se réjouit de plus du fait que ce projet permet de défaire certaines idées préconçues sur la vie dans la communauté de Wahgoshig.

Disons que c’était un projet assez spécial parce que c’était six personnes de différentes nationalités [...] pour justement apprendre à connaître c’est quoi la vie dans une communauté autochtone, raconte-t-il. Ça aide à mieux comprendre, à mieux démystifier si vous voulez, la vie dans une communauté.

Chargement en cours