•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Cri du coeur de la fille d'un agriculteur de Palmarolle

Audio fil du mardi 8 octobre 2019
Adélaïde prend un autoportrait avec une vache.

Adélaïde Rancourt souhaitiat travailler comme agricultrice comme son père quand elle était jeune, mais en grandissant, elle a changé d'avis.

Photo : Radio-Canada / Adélaïde Rancourt

Adélaïde Rancourt, âgée de 15 ans, a partagé son désarroi face à la dure réalité des agriculteurs dans une publication Facebook.

L'adolescente de Palmarolle y explique que, plus jeune, elle souhaitait devenir agricultrice comme son père, mais qu'elle a changé d'avis en constatant les conditions de travail ardues des agriculteurs.

Je me souviens de moi petite... je trouvais ça trop nice et j’avais la passion et je voulais dont faire comme papa, et puis j’ai compris le coût de la vie, j’ai compris le coût de la vie quand tu vis d’une entreprise comme celle-là et que rien ne va pour s’améliorer, a-t-elle écrit.

L'adolescente vit sur une ferme laitière de première génération que son père et un associé ont bâtie. Elle a écrit sa publication après s'être reconnue dans d'autres, similaires, rédigées par des agriculteurs.

Je m'impliquais, je faisais tout, je faisais la traite des vaches, des veaux, pas mal tout, se souvient-elle, mais elle travaille moins sur la ferme maintenant.

Adélaïde décrie la charge de travail et les conséquences à long terme sur les travailleurs

Un agriculteur, il n'a pas 50 000 employés. Tu te lèves le matin, tu t'en vas travailler, tu reviens peut-être le soir quand tes enfants sont couchés. Tu ne les vois peut-être même pas.

Adélaïde Rancourt

Un futur incertain

Adelaïde ne cache pas sa surprise face au nombre de commentaires et de partages que sa publication a suscités.

La jeune fille ne se dit pas complètement désillusionnée, car la passion des animaux l'habite toujours.

C'est toujours quelque chose qui m'intéresse, dit-elle. [...] Mais je trouve ça vraiment difficile et avant de m'embarquer dans quelque chose de même il faudrait que j'en connaisse vraiment plus.

Malgré tout, Adélaïde rapporte que son père se porte bien et qu'il est toujours passionné par son travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi