•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ose en parler, un projet pour prévenir l'intimidation, honoré d'un prix d'excellence

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Ose en parler, un projet pour prévenir l'intimidation, honoré d'un prix d'excellence

Audio fil du lundi 7 octobre 2019
Une enseignante pose dans le couloir d'une école primaire.

Jacynthe Lebel

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Ose en parler, un projet de sensibilisation à l'intimidation, a reçu le prix d'excellence lors du gala de l'Association des commissions scolaires de l'Abitibi-Témiscamingue vendredi soir.

Jacynthe Lebel, enseignante à l'école du Maillon de Sainte-Germaine-Boulé, en Abitibi-Ouest, a démarré le projet en février 2018.

« Ose en parler » a vu le jour lorsqu'un élève dans la classe de 6e année de Mme Lebel a gagné un prix pour son texte de chanson sur l'intimidation. Par la suite, l'artiste Stéphane Bisson a composé la musique pour accompagner le texte de chanson rédigé par l'élève.

Tout ce que vous allez voir dans le vidéoclip qui est sur le site web, c'est les élèves qui ont trouvé les idées, qui ont créé les scènes.

Jacynthe Lebel, enseignante qui a démarré le projet Ose en parler

Les élèves de Mme Lebel ont par après élaboré un vidéoclip pour la chanson. Ose en parler a ensuite pris la forme d'un site web qui se veut un portail d'outils pour le personnel dans les écoles, les parents et les élèves.

C'était des outils qu'on a créés avec trois autres psychoéducateurs de la commission scolaire [...] qui nous ont donné un coup de main qui pour créer des ressources qui peuvent être utilisées soit par les psychoéducateurs des écoles ou des enseignants, explique Jacynthe Lebel.

De la classe à la province

Mme Lebel raconte qu'elle a consulté les élèves pour savoir les difficultés qu'ils rencontrent, et ils ont rapporté qu'ils ont parfois peur de dénoncer quand ils sont victimes d'intimidation.

Ce n'est pas toujours évident, dans un petit milieu, d'aller dénoncer parce qu'on se voit toujours, explique l'enseignante.

Par conséquent, les élèves ont écrit un questionnaire en ligne pour que les élèves puissent dénoncer à partir de la maison. Des écoles faisant partie d'autres commissions scolaires de la région, dont une dans la région de Baie-Comeau., ont commencé à utiliser cet outil.

Le but c'est justement qu'il soit partagé, qu'il soit propagé, donc on est bien fier de ça, conclut Mme Lebel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi