Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du jeudi 3 octobre 2019

Des excuses de la SQ toujours attendues

Publié le

Le grand chef huron wendat Konrad Sioui lève son chapeau pendant que les députés de l'Assemblée nationale applaudissent après que le premier ministre du Québec, François Legault, se soit excusé auprès des dirigeants des Premières nations et des Inuits lors d'une déclaration à l'Assemblée législative à Québec, le mercredi 2 octobre 2019.
Une vingtaine de chefs autochtones étaient présent mercredi à l'Assemblée nationale pour assister aux excuses du premier ministre François Legault.   Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Édith Cloutier, directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, revient sur les excuses que François Legault a présentées hier aux autochtones.

C'était important pour nous d'être là., c'était important pour les femmes autochtones d'être là parce que ce n'est pas tous les jours qu'on ait des excuses officielles à l'Assemblée Nationale, a dit Mme Cloutier.

François Legault s'adresse à l'Assemblée nationale.
Le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté des excuses aux nations autochtones pour les préjudices que leur ont causés les politiques et services publics mal adaptés à leur réalité. Photo : Radio-Canada

Je l'ai accueilli (le discours d'excuses) avec ouverture, raconte-t-elle. La plupart de mes collègues qui étaient là se sont déplacés justement parce qu'on était conscient que c'était un grand moment pas juste pour les autochtones, mais pour nous tous somme société québécoise.

Déception

Édith Cloutier rapporte que la communauté autochtone s'attendait à ce que la sécurité des femmes et leurs relations avec les policiers occupent une plus grande place dans le rapport ainsi que dans les excuses du premier ministre.

On s'attendait à ce qu'il y a ait des recommandations, des appels à l'action très précis qui concernent le corps policier québécois, donc la Sûreté du Québec, et malheureusement, c'est absent dans le rapport.

Auteur

Elle ajoute que la Sûreté du Québec, en tant qu'institution devrait aussi présenter des excuses.
Il y a une distinction qui est importante à faire pour nous entre des préjudices causés par des pratiques dans les services publics et celle qui devrait venir de la part des autorités policières pour agressions et abus envers les autochtones, précise-t-elle.

Des pas dans la bonne direction

Edith Cloutier salue le fait que François Legault ait mentionné les femmes autochtones de Val-d'Or dans ses excuses.

Que le premier ministre souligne le courage particulièrement des femmes de Val-d'Or, on prend ça vraiment comme un baume, indique-t-elle.

Elle ajoute que les femmes ont reçu ces excuses de la même façon.

De plus, les rapports entre policiers et autochtones se sont améliorés, a-t-elle remarqué.
Ce qu'on constate actuellement, c'est que les changements viennent d'individus qui font partie des décideurs de la Sûreté du Québec qui travaillent sur le plan de rétablir les liens. On constate, sur le terrain, dans les relations entre intervenants et policiers qu'il y a une amélioration, conclut-elle.

Chargement en cours