Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du vendredi 20 septembre 2019

Chasseurs et armes : pas de raison de s'inquiéter

Publié le

Une arme de chasse au motif de camouflage.
Les agents de conservation de la faune n'ont pas reçu d'instruction pour vérifier les immatriculations d'arme à feu des chasseurs.   Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Alors que la saison de la chasse à l'arme à feu approche, les agents de protection la faune n'ont toujours pas reçu d'ordre de vérifier l'immatriculation des armes à feu des chasseurs.

Le président du Syndicat des Agents de protection de la Faune du Québec, Martin Perreault, indique qu'environ 150 000 demandes d'immatriculation sont toujours en attente, selon les données auxquelles il a accès.

On a demandé de ne rien faire appliquer tant et aussi longtemps que cette quantité de demandes là n'aura pas été traitée, indique Martin Perreault en faisant référence aux demandes que le Syndicat a faites lors de la Commission parlementaire sur le registre québécois des armes à feu au mois d'août.

On ne s'en va pas dans le bois pour "écoeurer" les chasseurs ou faire des confrontations en lien avec ça.

Le président du Syndicat des Agents de protection de la Faune du Québec, Martin Perreault

De plus, le Syndicat a demandé d'être en mesure d'accéder au registre s'ils doivent vérifier l'immatriculation des chasseurs. En ce moment, les chasseurs devraient le faire par téléphone, ce qui n'est pas toujours possible étant donné l'étendue limitée du réseau cellulaire.

Ce qu'on est venu mentionner, c'est que la journée où on aura à le faire appliquer, c'est d'avoir un accès direct, de ne pas passer par un autre intermédiaire, a dit M. Perreault.

Manque d'agents

Présentement, on compte environ 400 agents de la faune au Québec. Martin Perreault aimerait avoir plus de candidats, mais le nombre de recrues n'est pas élevé.

C'est sûr qu'on en voudrait tout le temps plus, comme on le mentionne tout le temps, un bureau devrait avoir au moins six agents pour être efficace, opérationnellement et sécuritairement, affirme-t-il.

Cependant, le nombre d'agents a augmenté depuis les dernières années, a mentionné M. Perreault.

Chargement en cours