•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention à l'amanite vireuse!

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Attention à l'amanite vireuse!

Audio fil du lundi 16 septembre 2019
Roger Larivière en studio avec un livre à propos des champignons.

Le biologiste Roger Larivière met en garde les amateurs de champignons de ne pas consommer l'amanite vireuse.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Les amateurs de champignons doivent se méfier de l'amanite vireuse, un champignon blanc toxique que l'on trouve en Abitibi-Témiscamingue.

Le biologiste Roger Larivière est venu en studio pour fournir davantage d'informations sur ce champignon que l'on croyait autrefois absent de la région. Il indique que dans les premiers livres sur les champignons, on remettait en doute l'existence de l'amanite vireuse ici, et c'est ce qui augmente le risque d'en consommer sans le savoir.

Apparence

L'amanite vireuse

L'amanite vireuse

Photo : Wikipédia

C'est un champignon qui a un chapeau blanc, qui a des lames en dessous du chapeau, qui a un pied, mais sur le pied il y a une direction qu'on appelle l'anneau, décrit Roger Larivière.

L'anneau est une sorte de jupette molle, qui peut être difficile à apercevoir quand le champignon vieillit.

Ce qui est encore plus remarquable, sur cette espèce-là, c'est la partie qui est dans le sol, souligne-t-il. Si l'on creuse environ deux centimètres sous la terre, on trouvera une bosse, qui ressemble à l'enveloppe interne d'un oeuf, dans laquelle le champignon a poussé avant de sortir de terre.

C'est d’ailleurs cette enveloppe qui peut permettre de ne pas confondre l'amanite vireuse avec la veste de loup.

Poison

M. Larivière explique que lorsqu'on ingère l'amanite vireuse, le poison ne se manifeste pas immédiatement.

C'est un champignon qui peut être bon à cuisiner. C'est de 12 à 24 heures après l'ingestion que les effets vont se faire sentir, et des fois ça peut même disparaître.

Le biologiste Roger Larivière

Les symptômes s'apparentent à des douleurs intenses au ventre. Le foie et les reins sont attaqués, et on doit absolument se rendre à l'hôpital.
Le biologiste racontait d'ailleurs qu'en 1996, un couple de Val-d'Or a consommé de l'amanite vireuse sans le savoir, et ils ont dû être transportés d'urgence à l'hôpital.

Une saison difficile

On a vécu un été infernal, déplore M. Larivière. Cette année, peu de champignons ont poussé à cause de la température.

Le froid en juin, la sécheresse en juillet et le gel durant la nuit récemment n'ont pas favorisé la pousse des champignons. Les cueilleurs ne seront pas vraiment plus chanceux s'ils se dirigent vers le nord.

Cependant, on cueille encore des chanterelles, mais très peu. Les chanterelles ont le gros avantage d'être présentes en forêt pendant à peu près deux mois, indique le biologiste.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi