Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du mercredi 11 septembre 2019

La Petite boutique d'Amos reçoit des vêtements souillés

Publié le

Graphique démontrant le cycle de vie des vêtements déposés dans une boîte de dépôt Récupex.
Les vêtements déposés dans les boîtes de dépôt sont triés et réparés chez Récupex. Ils sont ensuite vendus à la boutique Tafi & Cie.   Photo : Radio-Canada

Le centre de dons est enseveli de morceaux salis ou irrécupérables, et il n'est pas le seul dans la région.

La directrice générale de La Petite Boutique d'Amos, Francine Maltais, indique que les employés de la Petite boutique doivent jeter une partie considérable du matériel que les gens viennent donner.

Parmi tout ce qu'on reçoit, je dirais qu'il y a à peu près 20% de matière, de vêtements, qui sont souillés, qui sont brisés, vraiment, c'est juste bon pour la poubelle.

La directrice générale de La Petite Boutique d'Amos, Francine Maltais

Par ailleurs, le conseil de la Ville de Rouyn-Noranda a octroyé 12 260 $ à la ressourcerie Bernard-Hamel pour payer l'enfouissement des matières qui n'ont pu être réemployées ou revalorisées.

Un des camions de la flotte de la Ressourcerie Bernard-Hamel de Rouyn-Noranda
Un des camions de la flotte de la Ressourcerie Bernard-Hamel de Rouyn-Noranda Photo : Radio-Canada/Karine Mateu

Mme Maltais indique que chaque année, sur les 350 tonnes de matériel reçu, environ de 70 à 72 tonnes doivent être jetées aux poubelles. Elle rappelle qu'avant de donner leurs vêtements. on doit d'abord faire un tri et choisir ceux qui peuvent toujours être portés.

On remarque, en fait, qu'il y a une grande méconnaissance de notre travail et de ce que les gens doivent nous apporter, constate-t-elle.

Changer les comportements

Vêtements déchirés, troués, tachés, des manteaux avec des taches d'huile, sous-vêtements souillés, sont quelques exemples des morceaux donnés que les employés doivent trier.

C'est du temps que les employés prennent et ils pourraient faire autre chose, souligne Mme Maltais.

Elle ajoute que la Petite boutique d'Amos collaborera avec la Ville pour sensibiliser la population.

Chargement en cours