Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du vendredi 9 août 2019

Réjean Houle en visite chez lui

Publié le

Réjean Houle en entrevue dans nos studios.
Réjean Houle (archives)   Photo : Radio-Canada / Vincent Desjardins

L'ancien joueur du Canadien Réjean Houle est de passage dans sa ville natale. Il rencontrera cet après-midi les résidents du Bleu Horizon, où un chandail du Canadien autographié par trois anciens joueurs sera d'ailleurs accroché à cette occasion.

Président des Anciens Canadiens depuis plusieurs années, Réjean Houle s'implique à s'assurer que les anciens joueurs aient une belle qualité de vie. Pour ce faire, l'organisme a une entente avec le Réseau Sélection, dont fait partie Bleu Horizon. Partout à travers la province de Québec, on a des anciens joueurs qui, s'ils ont besoin d'aide, le Réseau Sélection est avec nous, un partenaire important, fait-il savoir.

Pour moi c'est important, parce que les personnes âgées, souvent, ont besoin d'être accompagnées. Nos anciens joueurs qui ont joué dans les années 40 et 50 ont besoin d'aide. Ce n'est pas parce qu'ils sont des anciens joueurs vedettes qu'ils ne prennent pas d'âge et qu'ils n'ont pas besoin d'aide.

Réjean Houle

D'ailleurs, à l'époque, les équipements étaient loin d'être aussi sophistiqués. Des gardiens de but jouaient sans masque, des joueurs sans casque, on ne diagnostiquait pas les commotions cérébrales et on sautait sur la glace quelques minutes après une blessure. Les joueurs n'avaient pas non plus les salaires d'aujourd'hui.

Nos anciens, il faut s'en occuper. L'organisation est avec nous là-dedans, M. Molson est avec nous, on est bien appuyé. On s'assure aussi qu'ils sont toujours bienvenus au Centre Bell, précise-t-il.

Retour sur une autre époque

Le hockey a beaucoup évolué depuis que Réjean Houle jouait pour le Canadien. L'équipement aide aussi à mieux performer; les patins sont plus rigides, les lames sont aiguisées à la fine pointe, le bâton d'hockey aujourd'hui, c'est incroyable, avoue-t-il. Les lancers atteignent 100 milles à l'heure. À notre époque, avec le petit hockey en bois... tout l'équipement a fait que le jeu est plus rapide, très spectaculaire.

Sur la patinoire, malgré les nombreuses batailles, le Rouynorandien d'origine est toujours demeuré un gentleman. J'essayais de m'éloigner des bagarres le plus possible. À cette époque-là, l'intimidation était très présente, se souvient-il.

Dans les années 70, on battait ces équipes-là qui jouaient d'intimidation, comme les Bruins de Boston ou les Flyers de Philadelphie. On a battu ces équipes-là, on a gagné 6 Coupes Stanley en 10 ans. C'était une période très faste pour nous.

Réjean Houle

On avait une bonne équipe, un bon esprit de corps. On s'entraidait mutuellement même si on avait de grandes vedettes. Il y a eu une époque où on a eu 10 joueurs qui sont devenus membres du Temple de la renommée. C'est exceptionnel, se remémore le joueur dont le nom a été attribué à un aréna à Rouyn-Noranda.

D'ailleurs, plusieurs joueurs de l'époque étaient natifs de l'Abitibi-Témiscamingue. Qu'est-ce qui a fait en sorte que la région a été une véritable pépinière de hockey à l'époque?

On avait beaucoup de glace, on pratiquait beaucoup, souvent sur la patinoire extérieure et intérieure. On avait une très bonne organisation avec les Citadelles de Rouyn - je salue d'ailleurs Pit Laflamme et Gilles Laperrière - on a pu former une équipe de hockey mineur qui a produit des joueurs comme des Turgeon, des Desjardins, des Matteau, beaucoup de joueurs qui joué dans la Ligue nationale. Rogatien Vachon, Jacques Laperrière, on peut en nommer, j'en oublie, c'est sûr, lance-t-il.

Chargement en cours