Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du mardi 30 juillet 2019

Renaud Hinse, toujours actif dans le monde minier à un âge vénérable

Publié le

Renaud Hinse, président et chef de la direction des mines Abcourt.
Renaud Hinse, président et chef de la direction des mines Abcourt.   Photo : Radio-Canada

Renaud Hinse, président et chef de la direction des mines Abcourt, est un vétéran du monde minier qui continue de travailler intensivement malgré qu'il ait passé l'âge de la retraite il y a belle lurette!

Ayant grandi sur une ferme, le travail n'a jamais fait peur à Renaud Hinse, qui n'ose pas dévoiler son âge en public. À un certain moment de sa vie, ses parents lui ont demandé s'il préférait prendre la relève de la ferme où poursuivre son éducation. J'ai répondu que je voulais être instruit, se souvient M. Hinse.

Quand la dernière Guerre mondiale a été déclarée, en 1939, l'amiante est devenu très demandé, parce qu'elle servait à isoler les chambres des centres de chauffage des sous-marins et des bateaux qui étaient construits à Sorel. Mon père a vendu sa terre et on est déménagé à Asbestos, où on était plus proche des écoles, donc on a pu poursuivre nos études. Moi j'ai poursuivi jusqu'en 12e année, mes frères et soeurs aussi. Ça a très bien fonctionné, parce qu'on a eu deux ingénieurs, deux gardes-malades et une musicienne en France dans la famille, dit-il avec fierté.

La mine Elder
La mine Elder, de l'entreprise Mines Abcourt (archives) Photo : Radio-Canada/Annie-Claude Luneau

À sa graduation en tant qu'ingénieur, Renaud Hinse a reçu une bourse du gouvernement britannique pour aller en Angleterre afin de réaliser un stage en entreprise. Il souhaitait de spécialiser en métallurgie de l'acier, ce qu'il a fait durant son année en Angleterre.

Je suis revenu au Canada et j'ai eu un emploi à Chibougamau. Je suis resté 22 ans à Chibougamau. Après ça, je suis parti à Soquem pendant cinq ans et par la suite, je suis parti à mon compte. C'est à ce moment-là que j'ai acheté le contrôle de mines Abcourt, témoigne-t-il.

L'histoire des mines Abcourt

La première mine mise en exploitation par Abcourt remonte à 1985, moment où la mine Abcourt-Barvue, de Barraute, a vu le jour. Le krach boursier de 1987 avait toutefois fait baisser le prix des métaux et forcé la fermeture de la mine en 1990.

Mines Abcourt a alors connu une période de dormance d'une vingtaine d'années. Durant cette période-là, je me suis consacré à étudier la généalogie des familles Hinse et j'ai gardé les propriétés, espérant que le prix des métaux augmenterait et qu'on pourrait repartir les projets qu'ont avait été obligé de fermer, raconte Renaud Hinse.

L'usine de traitement de Géant Dormant, entre Amos et Matagami, et la mine Elder, à Rouyn-Noranda, font maintenant partie des actifs de mines Abcourt, en plus d'Abcourt-Barvue, qui a été relancée, et de plusieurs autres projets.

Elder a besoin de bras

La mine Elder, située dans le secteur d'Évain, lance d'ailleurs un appel à tous pour trouver des travailleurs pour aider à son développement.

On a atteint notre objectif, qui était de produire 12 500 tonnes par mois au moins de juin raconte M. Hinse.

Nous, on n'a pas eu de financement pour ouvrir la mine, donc on a procédé graduellement en engageant un groupe de travailleurs pour commencer à produire et la production s'est faite graduellement, à compter de 2013 jusqu'à aujourd'hui.

Renaud Hinse, PDG de mines Abcourt

À ses débuts, la mine puisait le minerai qui permettait de payer ses dépenses. En 2016, elle est officiellement entrée en production commerciale.

Mines Abcourt est à la recherche d'un géologue, d'un ingénieur minier avec plusieurs années d'expérience, mais surtout des mineurs d'expérience, pour opérer la mine Elder.

Chargement en cours