Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du mercredi 17 avril 2019

Développer les liens d'affaires entre l'Afrique et l'Abitibi-Témicamingue

Publié le

La délégation du Réseau des entrepreneurs professionnels africains (Repaf) dans les studios de Radio-Canada en Abitibi-Témiscamingue.
La délégation du Réseau des entrepreneurs professionnels africains (Repaf) dans les studios de Radio-Canada en Abitibi-Témiscamingue.   Photo : Radio-Canada / Joel Côté

Une délégation du Réseau des entrepreneurs professionnels africains (Repaf) est de passage dans la région cette semaine afin de tisser des liens d'affaire avec les gens d'affaires de l'Abitibi-Témiscamingue.

L'objectif du Réseau est d'être un pont entre le Québec et l'Afrique.

En Abitibi-Témiscamingue, ses membres travaillent eux aussi à combler la pénurie de main-d'oeuvre qui touche la région explique le président du Repaf, Oumar Diallo.

Sur les 2 000 immigrants en Abitibi-Témiscamingue, 33% sont d'origines africaines, dit-il. Souvent les personnes qui sont d'origines africaines sont francophones. On veut faire en sorte que ces gens choisissent de s'installer en région. D'autres parts, notre travail est d'accompagner les entreprises de la région qui veulent travailler avec l'Afrique.

L'organisation est collabore aussi avec les entreprises de l'Abitibi-Témiscamingue qui désirent faire des affaires avec les pays d'Afrique. C'est un marché en pleine croissance selon Oumar Diallo.

Il ne faut pas rater le train!

Oumar Diallo

Le représentant régional du Repaf, Abdellah Ameur, mise sur la qualité de vie qu'offre l'Abitibi-Témiscamingue quand vient le temps de « vendre » la région aux travailleurs qui sont en recherches d'emploi.

Pour mes études, j'ai choisi l'UQAT. Je suis un gars de région, j'aime avoir la proximité, la proximité aussi avec les profs, explique-t-il. Et Rouyn-Noranda en particulier, moi je l'appelle "la capitale culturelle" ici en région, il y a beaucoup de festivals. Ça, ça aide à rester en région.

Ce soir, l'organisme invite la population à un 5 à 7 à la scène Paramount de Rouyn-Noranda sous le thème « Les échanges interculturels d'affaires en Afrique ».

Chargement en cours