Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du mardi 19 février 2019

La survie de la boutique-école VROOM est menacée

Publié le

La boutique-école VROOM, de La Sarre, pourrait devoir fermer ses portes devant la pénurie de main-d'oeuvre.

Ce projet du Carrefour jeunesse-emploi d'Abitibi-Ouest a vu le jour il y a cinq ans et avait pour but de recycler de vieux vélos et de créer des planches à roulettes dans le but d'apprendre aux jeunes des techniques de fabrication et de vente.

Au fil des ans, VROOM a contribué à développer les aptitudes en commerce, en marketing, en gestion, en service et en mécanique de vélo de plusieurs jeunes d’Abitibi-Ouest.

On a aussi un volet au niveau de la persévérance scolaire, ajoute Sébastien Bélisle, directeur général du CJEAO. Il y a beaucoup de jeunes qui ont des difficultés ou des problèmes de motivation. On a des ententes avec les écoles secondaires pour que les jeunes puissent être libérés quelques périodes.

Besoin de candidats en intégration à l'emploi

La survie de la boutique est toutefois menacée, puisqu’on a du mal à recruter de nouveaux candidats. Malheureusement, on est financé seulement pour le volet intégration à l’emploi, pour lequel on a présentement des difficultés de recrutement, précise Sébastien Bélisle.

N’importe quel jeune de 35 ans et moins qui souhaite acquérir de l’expérience en emploi peut poser sa candidature chez VROOM. Si on n’a pas de candidats d’ici les prochains mois, je ne sais pas comment on va survivre. Il suffit qu’on trouve cinq ou six jeunes qui ne sont pas aux études et qui ne sont pas au travail, qui sont dans une espèce de période d’attente, de réflexion. On peut leur proposer un bel environnement, une belle équipe de travail, fait valoir Sébastien Bélisle.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez sur l’audiofil.

Chargement en cours