Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du jeudi 13 décembre 2018

Chronique plein air : quand l'aventurier suit les traces du photographe animalier

Publié le

Luc Farrell en raquettes dans un sentier bois d'Abitibi-Témiscamingue.
Luc Farrell en raquettes dans un sentier bois d'Abitibi-Témiscamingue.   Photo : Gracieuseté : Guillaume Rivest

Pour sa chronique, cette semaine, le journaliste spécialisé en plein air Guillaume Rivest a eu envie de suivre un autre collaborateur de l'émission, le photographe animalier Luc Farrell.

Guillaume Rivest était curieux de comprendre comment le photographe était capable de rencontrer autant d’animaux en forêt, qui sont pourtant très discrets en présence d’humains.

Comme je m’intéresse à de nombreuses facettes du plein air, je me suis dit que j’allais à sa rencontre et de le suivre pendant une journée, ce qu’il a accepté avec enthousiasme!, dit Guillaume Rivest.

Au menu : expédition de repérage pour retrouver le fameux Picpic le porc-épic, vedette des réseaux sociaux et de plusieurs reportages animaliers.

Le but de l’expédition consistait d’ailleurs à aller observer les quartiers d’hiver des porcs-épic, où ces derniers s’alimentent et sont, évidemment en raison de la saison hivernale, un peu moins actifs.

Dès que nous sommes arrivés on a aperçu Picpic, ce qui voulait dire qu’il n’était pas rendu dans ses quartiers d’hivers. J’ai aussi réalisé, à ce moment, que Luc a un de l’observation vraiment aiguisé pour tout ce qui touche à la faune et à la flore abitibienne.

Guillaume Rivest
Luc Farrell, en raquettes, vérifie la turbidité de l'eau sous la couche de glace.
Luc Farrell vérifie la turbidité de l'eau sous la couche de glace.   Photo : Gracieuseté : Guillaume Rivest

Les deux mordus de plein air se sont aussi déplacés pour repérer un étang de castors, afin d’aller constater la turbidité de l’eau, notamment pour évaluer le potentiel d’un éventuel tournage dont Luc Farrell fera partie.

Chargement en cours