•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>AKI odehi&nbsp;:&nbsp;cicatrices de la Terre-Mère</em> au Centre d'exposition de Val-d'Or

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

AKI odehi : cicatrices de la Terre-Mère au Centre d'exposition de Val-d'Or

Audio fil du mercredi 27 juin 2018
Le vernissage d'AKI Odéhi : cicatrices de la Terre-Mère a eu lieu le vendredi 22 juin au Centre d'exposition de Val-d'Or.

Le vernissage d'AKI odehi : cicatrices de la Terre-Mère a eu lieu le vendredi 22 juin au Centre d'exposition de Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

AKI odehi : cicatrices de la Terre-Mère est la toute nouvelle exposition présentée cet été à Val-d'Or. Des artistes autochtones et allochtones de la région se sont inspirés du territoire pour aborder le thème des blessures portées par les aînés anichinabés.

D'après la chronique culturelle de Vanessa Limage

Les artistes qui ont pris part au projet souhaitent, à travers leurs créations, panser ces cicatrices et favoriser le dialogue entre les peuples.

La commissaire de l’exposition, Sonia Robertson, explique les thèmes de l’exposition : « On a entre autres la violence faite aux femmes des Premières nations, les femmes autochtones disparues, l’inondation et la violation du territoire, le changement dans la relation entre les Premières nations et les Québécois, qui au début, étaient beaucoup plus familières et l’enlèvement des enfants lié à la Loi sur les Indiens et les pensionnats. »

L'oeuvre de Véronique Doucet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'oeuvre de Véronique Doucet

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Cette exposition multidisciplinaire est présentée par les artistes régionaux Virginia Pésémapéo Bordeleau, Kevin Papatie, Jacques Baril, Véronique Doucet et Karl Chevrier.

Karl Chevrier de Timiskaming First Nation explique son œuvre : « Ça représente, à l’époque, quand les agents venaient pour les enfants. Les mères disaient toujours "vite, il faut les cacher", alors ils les cachaient dans le bois. Mes sculptures représentent les enfants cachés dans le bois. » L’arrachement des enfants à leur culture est bien présent dans son œuvre.

L'oeuvre de Kevin Papatie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'oeuvre de Kevin Papatie

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Virginia Pésémapéo Bordeleau est quant à elle préoccupée par le sort des femmes disparues et assassinées. « Quand on m’a demandé de participer à ce projet-là, j’ai immédiatement pensé que je voulais faire un travail sur Sindy Ruperthouse, qui est une Anichinabée de Val-d’Or qui a disparu en 2014. J’avais commencé à écrire un texte sur elle et c’est à partir de ce texte-là que mon projet s’est élaboré, est devenu un poème, une poésie en marche », témoigne-t-elle.

L'oeuvre de Virginia Pésémapéo Bordeleau en hommage à Sindy Ruperthouse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'oeuvre de Virginia Pésémapéo-Bordeleau en hommage à Sindy Ruperthouse

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Si vous voulez voir cette exposition certainement empreinte d'émotion, AKI odehi : Cicatrice de la Terre-Mère est présentée jusqu'au 26 août au Centre d'exposition de Val-d'Or.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi