Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du mercredi 16 mai 2018

Chronique pêche avec Félix Goulet : l'ouverture de la pêche sera difficile

Publié le

Le Lac Abitibi à Gallichan, le 15 mai 2018.
Le Lac Abitibi à Gallichan, le 15 mai 2018.   Photo : Joe Pellerin

Notre chroniqueur pêche Félix Goulet est de retour sur nos ondes juste à temps pour l'ouverture de la pêche. Avec le printemps tardif que l'on a connu, celle-ci risque d'être moins facile que prévu.

« On est comme dans l'incertitude de savoir est-ce qu'on va pêcher, est-ce qu'on ne pêchera pas? C'est sûr qu'il y a toujours moyen de pêcher, il y a des petits lacs qui sont calés », affirme Félix Goulet.

Les plus gros lacs de la région, comme le Lac-Abitibi, le Lac-Témiscamingue, le lac Preissac ou le lac Duparquet, ont encore beaucoup de glace en surface.

« Les principaux plans d'eau qui sont visités par les pêcheurs d'Abitibi-Témiscamingue sont encore glacés, confirme Félix Goulet. Même à Rémigny, dans la grosse frayère qui est dans le village, il n'y a pratiquement pas de poissons encore qui ont commencé à frayer. »

Laisser les poissons frayer

Le pêcheur professionnel recommande de ne pas trop taquiner le poisson en ce début de saison. « [Il faut] les laisser tranquilles pour qu'il y ait un bon taux de reproduction. C'est sûr qu'il y a plein de pêcheurs qui connaissent des frayères, mais ce n'est pas recommandé, pas du tout, de pêcher là vendredi matin [à l'ouverture de la pêche] », insiste-t-il.

La température froide de l'eau cause ce retard dans la fraie des poissons. « Tout est tard [cette année]. Habituellement, la majorité des plans d'eau, une semaine, même une semaine et demie avant l'ouverture, les glaces sont disparues. Cette année, ce n'est pas le cas, donc l'eau est encore beaucoup trop froide », ajoute le chroniqueur.

Faudrait-il remettre à plus tard notre première sortie de pêche de l'année? « Je n'ai comme pas de réponse, avoue Félix Goulet. On ne sait pas ce qu'on va faire. Va-t-on descendre un peu plus au sud, au Témiscamingue? Probablement que c'est un peu plus avancé, mais encore là, [...] à Rémigny ce n'est pas encore prêt », confie-t-il.

S'il advenait que les lacs se dégagaient d'ici vendredi, le pêcheur suggère tout de même de ne pas se rendre dans des secteurs reconnus pour la fraie.

Pour écouter la chronique complète, consultez l'audiofil.

Chargement en cours