Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du vendredi 1 décembre 2017

Mort ou décédé? La chronique de Guy Bertrand

Publié le

Guy Bertrand
Guy Bertrand, chroniqueur et premier conseiller linguistique à la Radio et à la Télévision françaises de Radio-Canada   Photo : Radio-Canada

Mort ou décédé, Guy Bertrand a expliqué sur nos ondes l'utilisation correcte des deux termes.

Les noms décès et mort ne sont pas interchangeables dans tous les contextes.

Décès ne s'applique qu'aux personnes; on l'emploie dans la langue administrative et dans la langue juridique, ou encore par euphémisme, pour éviter mort. Par ailleurs, il ne faut pas employer décès pour parler d'une mort accidentelle ou d'une mort violente.

Le nom mort, lui, peut s'appliquer aux personnes, aux animaux et aux végétaux.

Par exemple : l'assureur exige un certificat de décès (langue administrative). Ou encore: l'enquête sur la mort (et non « le décès ») de Natasha Cournoyer se poursuit (mort violente).

L'utilisation du mot « nègre »

Le mot « nègre », oubliez-le, il est devenu tellement péjoratif qu'on ne peut plus le réhabiliter, même dans les expressions.

Il faut donc proscrire les dictons suivants: « travailler comme un nègre ». Il faut plutôt utiliser « travailler comme un fou, un forçât »;

« tête de nègre ». Brun foncé, brun noir;

« parler petit nègre ». Baragouiner le français;

« le nègre » qui écrit pour un autre. « Auteur anonyme » est à privilégier.

Guy Bertrand est premier conseiller linguistique à Radio-Canada.

Chargement en cours