•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fidèles pourront-ils célébrer Noël à l’église?

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Les fidèles pourront-ils célébrer Noël à l’église?

Rattrapage du lundi 30 novembre 2020
Un curé donne une messe dans une église où les fidèles sont assis à une bonne distance l'un de l'autre.

La distanciation est de mise dans les lieux de culte.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La situation du coronavirus est en constante évolution et plusieurs se demandent s'ils pourront se déplacer à l'église pour assister à la messe de Noël.

L’Abitibi-Témiscamingue est l’une des rares régions au Québec à se retrouver en zone jaune permettant ainsi des rassemblements dans les lieux publics. Les activités planifiées pourraient toutefois changer de formule afin de s'adapter aux mesures de la santé publique.

Au Témiscamingue l’offre des services religieux en ligne est maintenue, mais un petit groupe de personnes pourraient y assister en personne.

On vérifie les gens qui sont intéressés à être présent, et le nombre de personnes. Si on reste en deçà de ce que prescrit la santé publique, il n’y a pas de soucis. Sinon, il y a du souci si on est plus nombreux, affirme l’abbé Rénal Dufour, prêtre au diocèse de Rouyn-Noranda qui pratique au Témiscamingue.

La solution envisagée est d’enregistrer la messe de Noël et des chants qui pourront ensuite être diffusés à la télévision communautaire et sur le web.

Un peu plus de messes à Rouyn-Noranda

Davantage de célébrations sont organisées à la cathédrale Saint-Joseph de Rouyn-Noranda.

On avait l’habitude d’avoir 3 messes où à l’occasion on pouvait accueillir 300 à 400 personnes par messe. Nous planifions 5 messes à partir de 14 heures et une le dimanche matin à 10 h 30. Donc 6 messes possibles avec notre capacité habituelle, autour de 100 personnes, explique l’abbé Robert Charron.

L'homme est debout dans une église de Rouyn-Noranda.

Robert Charron, prêtre modérateur à la paroisse cathédrale de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Des bénévoles sont recherchés notamment pour désinfecter les lieux entre les célébrations.

Les chorales et la participation des familles sont annulées cette année.

C’est notre drame. Rien n’est possible. On avait une crèche vivante, on avait des jeunes qui se promenaient. On avait une animation qui se déplaçait. Il y avait du chant. Rien n’est possible. C’est triste, c’est triste, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi