•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique mauvaises herbes avec Roger Larivière : le plantain majeur

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Chronique mauvaises herbes avec Roger Larivière : le plantain majeur

Rattrapage du mardi 14 juillet 2020
Gros plan sur une mauvaise herbe verte dans le gazon.

Le plantain majeur est une plante très commune.

Photo : Gracieuseté

Cette semaine, Roger Larivière nous parle du plantain majeur, une mauvaise herbe qui, rapporte-t-il, compte plusieurs caractéristiques bénéfiques plutôt que mauvaises.

Comme je l’ai écrit dans mon dernier livre pour enfants, vous n'avez qu’à ouvrir la porte de votre maison et elle est là, lance le biologiste.

Le plantain majeur, que l'on tend à retrouver en quantité abondante sur nos terrains, est comestible et peut se cuisiner de diverses façons.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Les premières feuilles qui sortent et qui pointent vers le ciel sont très bonnes en salade, mentionne Roger Larivière. Quand elles sont un peu plus vieilles et qu’elles développent une couleur vert foncé, elles prennent un goût plus amer.

On peut les consommer fraîches ou cuites. On peut aussi les faire sécher pour ensuite préparer une infusion, un peu comme une tisane.

On a, autour de la maison, tout ce qu’on veut pour faire nos propres tisanes boréales, souligne Roger Larivière, qui suggère d’ajouter d’autres plantes, comme de la menthe, pour créer une infusion goûteuse.

Roger Larivière estime que les changements climatiques et ses conséquences sur l’agriculture nous font réfléchir sur ces plantes-là qu’on n’a même pas besoin de cultiver, ça sort gratuitement.

La petite histoire

On trouve du plantain majeur sur la majorité des continents, sauf en Afrique, indique Roger Larivière. Elles savent comment faire pour conquérir l’espace autour d’elles et ça marche, souligne-t-il.

En langue autochtone, le mot plantain fait référence au pied de l’homme blanc. Roger Larivière explique que les autochtones pouvaient identifier la présence d’hommes blancs sur le territoire en observant les petites graines de plantain majeur au sol, que les chaussures et les pantalons les hommes blancs répandaient.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi