•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autre succès pour l’événement 100$ le pied carré à l'Écart

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Un autre succès pour l’événement 100$ le pied carré à l'Écart

Rattrapage du vendredi 20 décembre 2019
Des gens dans une salle d'exposition écoutent quelqu'un parler au micro devant eux.

Plusieurs personnes ont participé à l'évènement 100$ le pied carré hier soir, le 19 décembre.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Chaque année, depuis huit ans maintenant, l'Écart, lieu d'art actuel de Rouyn-Noranda propose son événement de financement 100$ le pied carré, une soirée pendant laquelle la population peut se procurer une oeuvre d'art au coût dérisoire de 100 dollars.

Dérisoire est le bon mot dans les circonstances. Un oeuvre d’artiste connu peut se vendre plus de 2 000 $. Or, ces artistes, membres de l’Écart, offrent pour l’occasion une oeuvre d’un pied carré et tout le monde est vendu au coût de 100 $. Peu importe la notoriété de l’artiste.

Il s’agit d’une façon originale de financer les activités du centre d’artiste explique son directeur général Matthieu Dumont. Les artistes donnent tous les profits de la vente à l’Écart, dit-il. Si vous êtes le seul intéressé à une oeuvre, vous repartez avec immédiatement. Mais si deux ou trois personnes sont intéressées par une même oeuvre, il y a un tirage au sort.

Sur un mur, deux toiles, et trois crochets où étaient auparavant accrochées trois toiles.

Plusieurs oeuvres d'art ont été vendues lors de la soirée de financement.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Cette façon de procéder a parfois, au fil du temps, provoqué des situations amusantes. C’est le cas pour l’avocat Marc Lemay, collectionneur d’art, qui a assisté à toutes les soirées 100$ le pied carré.

Ça se fait trop vite [la soirée et la vente], alors on se pogne aux cheveux pour ce qui nous en reste (rires). Moi je me suis déjà promené avec ma canne pour aviser les gens de ne pas toucher à une oeuvre en particulier parce qu’elle est à moi ce soir, se rappelle en riant Marc Lemay.

Pour entendre le reportage complet de Marc-Olivier Thibault, consultez l’audiofil dans le haut de la page.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi