•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tropicale Apocalypse : une fin du monde chaude et rock signée Louis-Philippe Gringras

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Tropicale Apocalypse : une fin du monde chaude et rock signée Louis-Philippe Gringras

Rattrapage du lundi 18 novembre 2019
Louis-Philippe Gingras lors du lancement à Rouyn-Noranda de son 3e album « Tropicale Apocalyspe »

Louis-Philippe Gingras lors du lancement à Rouyn-Noranda de son 3e album « Tropicale Apocalyspe »

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Le Rouynorandien Louis-Philippe Gingras a lancé, vendredi, dans le quartier où il a grandi, son troisième album en carrière, Tropicale apocalypse. Un disque bercé dans les rythmes hawaïens et rock and roll.

Une chronique de Marc-Olivier Thibault

Vêtu d’une chemise bleue fleurie et visiblement très fébrile de revenir chez lui pour le lancement du disque, Louis-Philippe Gingras n’a pas tardé à énergiser la foule dès les premiers instants de la soirée avec Barrés d’Toronto, une pièce rock dans laquelle l’auteur-compositeur-interprète est accompagné par le choeur vocal « Baby Jesus », composé des élèves de l’école Notre-Dame-de-Protection du quartier Noranda - l’école même où Louis-Philippe Gingras a étudié lors de son primaire.

Je me sens toujours fébrile de venir jouer chez moi, dit-il. Comme artiste exilé [à Montréal], de revenir chez soi il y a toujours une tension. “Est-ce que le monde se rappelle de moi, sont-ils contents de me voir?” C’est un stress particulier, mais ça descend une fois que le spectacle commence. Ce disque-là a été surtout enregistré à Montréal, mais il y a beaucoup de Rouyn-Noranda dans l’expérience, dont la présence des enfants de l’école Notre-Dame-de-Protection.

Changement de son, mais pas d’identité

Tropicale Apocalypse est marqué par un changement de son important pour Louis-Philippe Gingras. Lui qui est connu comme artiste folk propose cette fois un disque au son des Antilles et de jazz.

Premier constat : ça fonctionne. Sur la scène du Petit théâtre du Vieux-Noranda vendredi, on l’a bien vu, Gingras a réussi à s'approprier un son en conservant son identité artistique.

Cette identité passe par les textes, surtout. Tout au long de sa jeune carrière, il a proposé des chansons à la poésie crue, où l’important n’est pas le beau mot, mais le bon mot. Parfois il s’agit d’un juron, parfois de slang, et cette approche est la même cette fois. Ainsi, autant sur les pièces jazz comme Le lit ou dans l’amusante Deux pouces, on reconnait la signature de l’homme de Noranda.

Ainsi, il s’est permis de s’amuser sur ce troisième album. C’est un intérêt que j’ai à la base pour cette musique dite “du Sud”, raconte-t-il. J’ai fait mes petites expériences via mes études universitaires, en guitare jazz ou grâce à des collaborations avec d’autres artistes. Donc j’ai appris à connaître ces musiques, mais elles sont dans mes oreilles depuis longtemps. Je consomme beaucoup de musique d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale. Ensuite on a essayé de le faire à notre façon.

En spectacle, Louis-Philippe gagne en confiance, se permet des moments doux au piano et des moments de folie comme sur la pièce Tape électrique, où il est question de collègues de travail transformé en zombies… le tout appuyé par une énergique section de cuivre.

Tropicale apocalypse, 8/10

Pièces favorites :

  • Barrés d’Toronto
  • Le lit
  • Gwendolina
  • Tape électrique
  • Deux pouces
Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi