Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

David Chabot
Audio fil du mercredi 24 avril 2019

Voir et vivre l'expérience de la culture anicinabe autrement

Publié le

Trois étudiants universitaires posent à l'intérieur d'un tipi.
Le collectif KHUBE, formé de candidats à la maîtrise en création numérique de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), présente l’exposition « Nopimik » au Musée d’art de Rouyn-Noranda.   Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Le collectif KHUBE, formé de candidats à la maîtrise en création numérique de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), présente l'exposition Nopimik au Musée d'art de Rouyn-Noranda.

D'après une chronique de Vanessa Limage

Les créateurs de cette exposition immersive allient les traditions anicinabes et les arts numériques pour aborder le thème du territoire.

À la base, on a toujours été très intéressés par la projection et le "mapping". On a une grande fresque qui prend tout le mur où elle est projetée. Sinon on a plein de petits points interactifs, de petits socles que quand tu montes dessus ils affichent des informations sur la migration des autochtones, précise Rémy Bertin l’un des membres du collectif KHUBE.

Des lumières de couleurs différentes illuminent le sol où il est inscrit des informations sur l'histoire des autochtones de la région.
Un aperçu de l'installation « Nopimik » présentée au Musée d'art de Rouyn-Noranda. Photo : Radio-Canada/Vanessa Limage

Pour mettre sur pied cette exposition, les créateurs ont eu l’aide de différentes personnalités autochtones de la région explique l’artiste Maxime Souvestre. Kevin Papatie qui vient de Kitcisakik, Malik et Richard Kistabish de Pikogan ainsi que Joan Wabanonik et Ronald Brazeau de Lac-Simon en plus de Frank Polson de Winneway.

Pour le collectif, il était essentiel de parler de la culture autochtone avec des membres des Premiers peuples.

L’exposition Nopimik est en place jusqu’au 28 avril au Musée d’art de Rouyn-Noranda.

Chargement en cours