Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Guillaume Hubermont
Audio fil du mardi 25 juin 2019

Crise du recyclage : des centres de tri de l'est appellent à l'aide

Publié le

Il devient de plus en plus difficile de trouver un marché pour le carton. Les centres de tri vendent à perte.
Il devient de plus en plus difficile de trouver un marché pour le carton. Les centres de tri vendent à perte.   Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

La crise du recyclage se fait encore sentir dans les centres de tri du Québec, dont dans l'est. Les gestionnaires doivent prendre la décision de vendre les matières à perte. Certains soutiennent même qu'ils devront enfouir les matières recyclables s'ils ne trouvent pas d'acheteurs.

La situation est préoccupante, raconte la directrice générale de la Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie, Nathalie Drapeau. Il n’y a pas de preneurs, on se retrouve coincé avec ça et ça vient embourber nos espaces d’entreposage, soutient-elle.

Les sacs de plastique, ça fait 18 mois qu’on n’a pas réussi à en vendre. Certaines catégories de fibre aussi, tous les papiers, cartons de lait et de jus. On arrive à les sortir, mais c’est au compte-goutte.

Nathalie Drapeau, Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie

Conséquences : les prix ont chuté. Le président de Groupe Bouffard, Dominic Bouffard, raconte qu’il devra prendre une décision sur l’avenir de son centre de tri à Mont-Joli. 6 millions de dollars y ont été investis depuis 2015. On a une usine performante, on est capable de vendre notre produit au Québec au niveau de la fibre. Le problème, c’est le prix. Depuis octobre 2017, on perd de l’argent chaque fois. On est rendu à 1 million de dollars de perte, soutient-il.

Selon le directeur du centre de tri Ressource de réinsertion Le Phare, à Port-Cartier, Éric Aubin, la solution a cette crise doit venir d’ici. En raison de la baisse des prix et des coûts de transport, les matières sont vendues à perte depuis plusieurs mois à son centre également. La solution est de trouver des débouchés au Québec pour qu’il y ait une compétition, croit-il.

Les dirigeants réclament une réflexion et une aide gouvernementale pour régler cette crise.

Écoutez l’entrevue des trois dirigeants avec Maude Rivard à l’émission D’est en est.

Chargement en cours