Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Mireille Langlois
Audio fil du samedi 15 juin 2019

Besoin de ressources en français pour les LGBTQ+ de l’Ouest

Publié le

une affiche pour le défilé de la fierté gaie d'Edmonton avec écrit dessus le hashtag francoqueer
C'est la première fois qu'un organisme francophone défilera lors du défilé de la Fierté d'Edmonton.   Photo : Radio-Canada

Des membres de la communtauté LGBTQ+ dans l'Ouest unissent leurs forces

Le mois de juin est l’occasion de célébrer la diversité et l'inclusion, mais aussi de réfléchir. Des groupes LGBTQ + se demandent comment les membres de la communauté peuvent obtenir des services dans l’Ouest dans leur langue maternelle. Plusieurs disent constater un manque de ressources en français dans les différentes provinces. De jeunes leaders ont donc voulu donner une voix aux francophones et accroître leur présence dans les différentes provinces.
On en discute avec Emmett Lamache, directeur des Communications
Comité FrancoQueer de l'Ouest (Alberta) et Jonas Desrosiers, l'un des fondateurs du groupe Facebook privé portant le nom Francohomos, à Winnipeg.

On a eu besoin de quitter la francophonie pour faire notre ‘coming out’ (...) J’ai quitté la francophonie après le secondaire, et je ne suis pas revenu jusqu’en 2015, quand j’ai rejoint le Comité francoqueer de l’Ouest (...) Je ne pense pas que je serais revenu dans la communauté francophone si ce groupe n’avait pas été créé (...) Je me sentais vraiment comme si je ne pouvais pas vivre mon identité de genre et mon identité sexuelle, tout en étant francophone.

Emmett Lamache, directeur des Communications, Comité FrancoQueer de l'Ouest

On continue à perdre des francophones [par manque de ressources à l’intention des francophones] (...) parce qu’ils [membres de la communauté LGBTQ+] doivent choisir entre une des deux minorités. Il y a une des deux minorités qu’on peut changer, c’est la langue. Alors, on va perdre la langue pour vivre qui on est.

Jonas Desrosiers, l'un des fondateurs du groupe Facebook privé portant le nom Francohomos, à Winnipeg.

Chargement en cours