Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

René Homier-Roy
Audio fil du samedi 22 septembre 2018

Le travail d’Anne-Elisabeth Bossé sous l’influence du mouvement #MoiAussi

Publié le

Elle est dans une salle de classe. Elle est attentive.
Le personnage de Maxim (Anne-Élisabeth Bossé)   Photo : Productions KOTV

« Je vis l'après-#MoiAussi dans toutes les zones de ma vie. On gagne en maturité, en force. [La période correspondant au mouvement #MoiAussi], mon personnage [des Simone] l'a eue en pleine gueule. C'est la reconstruction, le retour au jeu après la commotion », explique Anne-Elisabeth Bossé, qui joue le rôle de Maxim dans Les Simone, une femme ayant été violée par son professeur.

Elle dit avoir senti l’influence de ce mouvement dans son personnage, dans son texte et autour d’elle. « C’est une série moderne; tout se fait écho », explique-t-elle.

Bande-annonce du 26 septembre

La jeune actrice est sur tous les écrans – le petit, le grand et celui de l’ordinateur – avec Les Simone, Les pays d’en haut et La femme de mon frère, premier long métrage à titre de réalisatrice de Monia Chokri. En décembre, elle sera aussi chez Duceppe à l’affiche de Consentement, de Nina Raine, une pièce qui porte sur le consentement sexuel.

La période à laquelle vivent les personnages qu’elle joue ne l'influence pas. « Je pense plus [le personnage] en termes de psychique. Que l’on soit en 1800 ou en 2000, il y a des choses qui se ressemblent. Je pense à la manière de jouer avec quelqu’un d’autre plus que le contexte », dit-elle.

Chargement en cours