•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les extrêmes sur l'échiquier politique avec Nabi-Alexandre Chartier

Corde sensible

Avec Marie-Eve Tremblay

Les extrêmes sur l'échiquier politique avec Nabi-Alexandre Chartier

Audio fil du vendredi 6 juillet 2018
Des militants du groupe d'extrême-droite Atalante étaient présents.

Des militants du groupe d'extrême-droite Atalante étaient présents.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

« Sommes-nous plus indulgents avec l'extrême gauche qu'avec l'extrême droite? », se demande le chroniqueur culturel Nabi-Alexandre Chartier pour sa chronique « C'est flou ». Pour répondre à cette épineuse question, il tente une définition de la gauche et de la droite. Il ne s'étonne pas de découvrir que les deux peuvent se laisser aller aux mêmes dérives.

La définition de la droite et de la gauche, selon Nabi-Alexandre Chartier :
« La droite, c’est l’ensemble des opinions plus conservatrices, que ce soit une droite plus libérale ou non. L’extrême droite, c’est tous les mouvements qui se rattachent à une idéologie contre-révolutionnaire, qui récusent le libéralisme, le marxisme, qui considèrent comme légitime l’emploi de la violence, qui réclament un régime fort, qui sont parfois anti-parlementaristes et anticommunistes. La gauche s’organise autour des thèmes de la collectivité, du progrès, de l'égalité, mais elle peut, elle aussi, être parfois radicale et violente à l’extrême. »

Nabi-Alexandre Chartier précise aussi que l'on peut bouger sur l'échiquier selon l'époque et le lieu, ainsi « la droite française, ce n’est pas du tout la droite américaine. Au Québec la gauche actuelle n’a rien à voir avec la gauche de la Révolution tranquille », ajoute-t-il.

Engageons-nous pour le bien, allons voir ce qu'il y a de bien à gauche et à droite, au même titre que lorsqu’on fait une randonnée en forêt; en se gardant de mettre des œillères, et de ne tourner rien qu’à gauche ou rien qu’à droite; sinon, on va finir par crever dans la forêt, dévorés par les loups.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi