Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 19 juillet 2019

Le secondaire des gens nés après le 11 septembre 2001

Publié le

Deux femmes et un homme sourient à la caméra.
Elizabeth Hosking, Sarah Mottet et Émile Roy   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

La planchiste et athlète olympique Elizabeth Hosking, la comédienne et directrice de marketing Sarah Mottet et le youtubeur Émile Roy ont adoré leur secondaire, qu'ils ont fréquenté dans les années 2010. Ils racontent ce parcours scolaire qui les a fait vibrer et qui leur a donné les outils nécessaires pour leur vie actuelle.

Diplômée de l’École polyvalente Saint-Jérôme en 2018, Elizabeth Hosking conserve un excellent souvenir de son secondaire, même si le programme Sport-études qu’elle a suivi est beaucoup plus exigeant que le parcours normal des autres élèves.

On avait seulement trois périodes [de cours] par journée, mais on faisait 100 % de la matière. Et le slogan justement de la polyvalente c’est "100 % de la matière en 75 % du temps!"

Elizabeth Hosking
Elizabeth Hosking
Elizabeth Hosking Photo : Getty Images/David Ramos

Le parcours au primaire et au secondaire de Sarah Mottet est particulier, puisque sa mère lui a enseigné l’école à la maison plusieurs années. C’est à partir de la troisième secondaire qu’elle est restée pour de bon dans le système scolaire québécois. La diplômée en 2011 du Collège Notre-Dame-de-Lourdes à Longueuil est fière de l’enseignement qu’elle a reçu à la maison, même s’il a ses inconvénients.

C’est un parcours atypique, mais qui [permet de] développer des capacités ou des caractéristiques vraiment différentes, je dirais [qu’il m’a aidée à] être performante et à travailler à mon rythme rapidement. […] Par contre, le revers de la médaille, dans une salle de cours où est-ce qu’il y a 30 autres élèves qui n’apprennent pas à ton rythme, qui posent des questions, qui dérangent, c’est difficile pour une enfant qui a appris toute seule avec juste un enseignant.

Sarah Mottet

Émile Roy a décroché son diplôme secondaire du Collège Notre-Dame Montréal en 2016, sa sœur jumelle également. Il s’agit d’une histoire de famille, puisque leur père a fréquenté cet établissement durant sa jeunesse. « J’ai adoré mon expérience au Collège Notre-Dame, les cinq ans là-bas. J’ai fait beaucoup de musique. […] C’est là que j’ai commencé à m’intéresser au cinéma, à la vidéo et à l’audiovisuel », raconte Émile Roy.

Les vidéos qu'Émile Roy publie sur sa chaîne YouTube sont regardées en moyenne entre 30 000 et 125 000 fois
Les vidéos qu'Émile Roy publie sur sa chaîne YouTube sont regardées en moyenne entre 30 000 et 125 000 fois   Photo : Chaîne YouTube d'Émile Roy

En effet, le youtubeur a su très tôt ce qu’il voulait exercer comme métier. En première secondaire, il avait indiqué qu’il voulait devenir réalisateur de film. Il a écrit la même réponse en cinquième secondaire, sans consulter sa réponse précédente.

Au-delà de l’enseignement, le secondaire est une belle occasion de rencontres amicales et amoureuses. De véritables passions et l’intérêt pour un métier en particulier prennent parfois racine chez les jeunes, sans oublier les professeurs, qui, parfois, les marquent. C’est le cas de Julie Taillon, l’enseignante d’éducation physique en deuxième secondaire d’Émile Roy, qui se joint au groupe dans l’émission. « Je ne me rappelais pas de lui », explique-t-elle, car il était un garçon gêné. « Les enseignants, on se rappelle des élèves qui sont turbulents et méchants », dit-elle.

Chargement en cours