Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 5 juillet 2019

Le cours classique, l’époque des grandes amitiés et de l’apprentissage de la vie

Publié le

Les trois invités se prêtent au jeu de la prise de photo.
François Gérin-Lajoie, Serge Bouchard et Danielle Ouimet revisitent leur passé au micro de Matthieu Dugal.   Photo : Radio-Canada

« Je suis très reconnaissant d'avoir fait le cours classique. [...] Ces femmes et ces hommes avaient une notion de ce qu'était le fait d'être citoyen. Ils essayaient de nous transmettre des valeurs de vie, et je dois dire qu'ils ont réussi », affirme l'anthropologue Serge Bouchard à propos de son expérience au Collège Mont-Saint-Louis, où il a passé 8 ans, de 1959 à 1967. Le son de cloche est le même pour la comédienne Danielle Ouimet et l'économiste François Gérin-Lajoie, fils de Paul Gérin-Lajoie, qui ont fréquenté d'autres établissements. Au-delà des apprentissages scolaires, les trois personnalités disent avoir surtout appris l'humanisme pendant leur cours classique, l'équivalent du secondaire aujourd'hui.

Serge Bouchard le reconnaît : il était un cancre au secondaire. « J’étais pourri », dit en riant l’anthropologue. Celui-ci aimait néanmoins son établissement d’enseignement montréalais, car il lui a permis de nouer des amitiés durables avec certains camarades, dont Gilles Duccepe, qui est devenu chef du Bloc québécois, et Claude Mailhot, qui a eu une brillante carrière comme commentateur et présentateur au Réseau des sports.

On a eu des amitiés qui ont duré jusqu’à aujourd’hui. Et encore quatre fois par année, on se revoit.

Serge Bouchard, anthropologue

Pour Serge Bouchard, la chanson associée à la période où il fréquentait le Collège Mont-Saint-Louis est Blueberry Hill, de Fats Domino.

À l’instar de Serge Bouchard, François Gérin-Lajoie garde un très bon souvenir de son passage au Collège Saint-Charles-Garnier, à Québec. Ce qui l’a surtout marqué, ce sont les amitiés qui sont nées entre les quatre murs de l’établissement.

C’est sûr que les amitiés profondes qu’on se fait au niveau de ses études secondaires et classiques, c’est extraordinaire. Encore l’année dernière, nous, on s’est fait un mini-conventum. Nous sommes encore tous vivants, nous sommes une quinzaine. C’est des amitiés qui ont duré, et qui sont là pour durer, malgré des destins complètement différents.

François Gérin-Lajoie, économiste

La chanson Fu Man Chu, de Robert Charlebois, est la pièce de musique qui fait penser François Gérin-Lajoie à son cours classique.

Quant à elle, Danielle Ouimet était plutôt rebelle à l’époque de ses passages au Collège international Marie-de-France, au Collège français et au Collège Saint-Maurice de Saint-Hyacinthe, entre autres.

Aujourd’hui, elle se félicite d’avoir été un peu marginale à l’époque de ses études secondaires.

Pour la comédienne, Jean-Pierre Ferland demeure la figure emblématique associée à la période où elle allait au secondaire. La chanson M’aimeras-tu ou ne m’aimeras-tu pas? trône au sommet de ses souvenirs.

Chargement en cours