•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Texas : une Saguenéenne raconte la vague de froid historique

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Texas : une Saguenéenne raconte la vague de froid historique

Rattrapage du jeudi 18 février 2021
Des monteurs de ligne près de leurs camions aux abords de pylônes électriques en hiver.

Des milliers de personnes sont sans électricité au Texas depuis le passage d'une tempête de neige et d'une vague de froid importante.

Photo : Getty Images / Ron Jenkins

Julie Lapointe vit dans la ville de Spring, au Texas, depuis plusieurs années. Saguenéenne d'origine, elle ne s'attendait pas à vivre dans le noir et sans chauffage à - 20 degrés Celsius dans le sud des États-Unis.

Nos maisons ne sont pas construites pour survivre à ça, dit-elle à l’émission C’est jamais pareil. J’ai manqué d’électricité pendant 30 heures et d’eau pendant 12 heures.

La Saguenéenne et sa famille ont eu la chance d’avoir un foyer dans leur résidence pour conserver un peu de chaleur dans ces températures glaciales. Mais Julie Lapointe expliquait que sa tuyauterie a été très endommagée.

Un tuyau a cédé, mais ça coulait à l’extérieur de la maison, par contre dans ma rue un voisin sur deux a eu des dégâts d’eau dans leur maison.

Si Julie Lapointe a pu rester dans sa résidence et sa voiture, elle a expliqué que de nombreuses personnes ont dû aller dormir dans des centres commerciaux pour se réchauffer et pour manger.

Les gens sont découragés, ils ont peur, froid, ils n’ont pas de vêtements pour aller dehors, mais la communauté est solidaire.

Julie Lapointe

Julie Lapointe ne blâme pas les autorités pour la gestion de la crise. Ils ne s’attendaient pas à ce que la demande soit aussi forte, mais ils font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont, je pense, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !