•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du renfort de Montréal pour le personnel soignant

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Du renfort de Montréal pour le personnel soignant

Rattrapage du vendredi 27 novembre 2020
Une infirmière portant des gants.

Une infirmière au travail

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Les équipes soignantes du Saguenay-Lac-Saint-Jean reçoivent du renfort pour traverser la crise. Dix infirmières et une infirmière auxiliaire de Montréal sont arrivées dans la région pour prêter main-forte.

Les onze professionnelles en soins sont déployées dans des établissements où la situation est plus critique, dont le CHSLD Georges-Hébert. L’hôpital de Chicoutimi reçoit la part la plus importante pour les soins intensifs, la pédiatrie, la cardiologie et le département D2 dédié aux patients atteints de COVID-19.

Soulagement

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Bouchard, affirme que leur arrivée provoque un soupir de soulagement pour les travailleurs en place.

L’impact direct, c’est vraiment la diminution du temps supplémentaire obligatoire. Ça ne fait pas en sorte que les professionnelles en soins auront droit à des vacances.

Julie Bouchard, présidente, Fédération interprofessionnelle de la santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La présence de ces renforts permettra aussi à certaines équipes soignantes de ne pas se retrouver à découvert lorsqu’un collègue sera infecté par la COVID-19 et devra être retiré du travail.

L'urgence de l'hôpital de Chicoutimi.

L'entrée de l'urgence de l'hôpital de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Ces professionnelles s’engagent à faire des quarts de travail complets pendant 14 jours dans la région.

Elles viennent travailler et donnent des soins au même titre que les professionnels en soins qui sont présentement en place dans les différents secteurs, précise Julie Bouchard.

Après, elles auront le choix de prolonger leur séjour ou de retourner dans leur établissement d’origine, en respectant bien sûr une quarantaine obligatoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !