•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pressions pour la fin des frais de retard dans les bibliothèques publiques

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Des pressions pour la fin des frais de retard dans les bibliothèques publiques

Rattrapage du mardi 24 novembre 2020
Un rayon de bibliothèque.

Doit-on maintenir ou abolir les frais de retard dans les bibliothèques?

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

L'Association des bibliothèques publiques du Québec demande l'abolition des frais de retard pour tous les usagers.

La directrice générale de l’organisme, Ève Lagacé, affirme qu’une bibliothèque sur cinq dans la province a déjà abandonné ces frais, mais les autres, dont celles dans les plus grandes villes, hésitent à le faire. C’est notamment le cas de Saguenay.

Elle croit que ces frais de retard sont loin d’avoir les effets escomptés parce que les documents empruntés ne reviennent pas plus rapidement. De plus, ils convainquent parfois des utilisateurs de ne plus fréquenter leur bibliothèque municipale.

Il y a des gens qui ne viennent plus à la bibliothèque parce qu’ils ont accumulé des frais de retard.

Ève Lagagé, directrice générale, Association des bibliothèques publiques du Québec

Ève Lagacé mentionne que l’argent accumulé par les bibliothèques publiques de cette manière ne représente qu’au plus 1 % des revenus sur les budgets. Abolir les frais ne représenterait pas un si grand manque à gagner, selon elle.

La directrice générale de l’Association rappelle que les bibliothèques sans frais de retard ne sont pas pour autant des lieux dépourvus de règlement. Dans les établissements qui ont opté pour l’abolition des frais, les dates de retour continuent d’exister et des avis de retard sont tout de même envoyés aux membres.

On le constate dans les bibliothèques qui ont aboli les frais de retard : on revoit à la fois nos documents et nos usagers, a-t-elle indiqué en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !