•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Le quotidien chamboulé d’une famille de Jonquière touchée par la COVID-19

Rattrapage du jeudi 24 septembre 2020
Un thermomètre affiche 38,1 degrés celcius.

Un thermomètre affiche une température indiquant que la personne fait de la fièvre.

Photo : Radio-Canada

« C'est un peu l'enfer », confie Julie Riverin, une mère de Jonquière qui héberge actuellement sous son toit un des hockeyeurs des Élites atteints de la COVID-19. Un autre membre de la famille a été contaminé par le coronavirus.

La famille d’accueil traverse une période difficile et est soumise à un stress constant avec toutes les mesures spéciales mises en place dans la maison depuis la confirmation du premier cas positif. Trois des cinq occupants ont évité la contamination jusqu’à maintenant.

On a pris des mesures assez drastiques dès le début pour éviter que nos enfants et d’autres personnes soient contaminées dans la maison.

Julie Riverin

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, elle a expliqué que les jeunes touchés par le virus étaient confinées à leur chambre. De plus, tous les occupants portent des masques et chacun doit nettoyer la salle de bain après son passage.

Un repas sur un plateau déposé devant une chambre.

Le repas des personnes confinées dans la maison est apporté devant la porte de leur chambre tous les jours.

Photo : courtoisie Julie Riverin

La santé publique demande une salle de bain par personne, mais c’est impossible quand on vit à cinq dans une résidence. Donc chacun désinfecte après, moi je repasse quatre ou cinq fois par jour pour une plus grosse désinfection, mentionne-t-elle.

Les vêtements sont lavés à l’eau chaude. Les repas sont apportés directement devant les chambres des jeunes confinés et ils doivent manger entre leurs quatre murs. Même si cette routine s’est vite installée, la situation n’en demeure pas moins épuisante.

Pour les jeunes qui sont atteints de la COVID-19, le quotidien est surtout marqué par l’ennui. Heureusement, ils n’ont que de légers symptômes jusqu’à maintenant.

Nous, les adultes, on est plus vieux un peu. C’est sûr que ça m’effleure l’esprit [d’être contaminé]. J’espère qu’on va se sortir de tout ça et que tout le monde sera correct.

Julie Riverin
Des produits désinfectants sur une table.

La famille de Julie Riverin utilise toute une gamme de produits désinfectants pour limiter la propagation du virus.

Photo : courtoisie Julie Riverin

Un suivi constant

Julie Riverin mentionne que des représentants de la santé publique téléphonent tous les jours pour s’informer de l’état des cas positifs et du reste de la maisonnée. C’est un suivi serré et c’est plaisant, ça nous rassure, indique-t-elle. Elle ajoute que l’École polyvalente Arvida et la direction des Élites sont aussi présentes pour les accompagner dans cette épreuve.

Un appel à la prévention

Devant cette situation qui touche ses proches et ses protégés, la mère de famille lance un appel à la prévention. Elle veut que la population prenne ce virus au sérieux et que les jeunes surtout se montrent responsables en suivant les mesures imposées par le gouvernement.

Julie Riverin dans sa résidence en entrevue via Messenger.

Julie Riverin et sa famille hébergent de jeunes hockeyeurs dans sa résidence.

Photo : Radio-Canada

Pas question pour elle de chercher un coupable pour expliquer la situation dans laquelle elle est plongée. Le premier cas, il l’a attrapé quelque part. Est-ce qu’il l’a attrapé en jouant avec ses amis le soir? Directement à l’école? On ne le saura jamais. Et pour moi, ce n’est aucunement important, affirme Julie Riverin. Elle rappelle que tout le monde est à risque.

Elle veut aussi sensibiliser les autres jeunes à l’importance de rester respectueux face aux étudiants qui sont touchés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !