•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de date de reprise pour Intercar

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Toujours pas de date de reprise pour Intercar

Rattrapage du mardi 30 juin 2020
Un autobus de la compagnie Intercar

Un autobus d'Intercar

Photo : Radio-Canada

Le transporteur Intercar ignore toujours à quel moment il pourra reprendre ses liaisons interurbaines par autobus.

Pour recommencer ses activités et les exercer de manière viable, le groupe a besoin d’une aide financière. Il en a fait la demande au gouvernement, mais n’a toujours pas reçu de réponse.

Pour l’instant, on est toujours en attente. Nos chauffeurs sont prêts. Notre clientèle s’impatiente, indique le président d’Intercar, Hugo Gilbert.

Avec les règles sanitaires, le transporteur ne pourrait accueillir que 14 passagers à la fois dans ses autobus. Même pour une liaison habituellement rentable comme Chicoutimi-Québec, c’est insuffisant.

Avec 14 passagers, on ne peut pas penser que financièrement, ça arrive, soutient Hugo Gilbert. Donc, le choix qu’on a fait pour l’instant, c’est d’attendre d’avoir des réponses sur notre demande d’aide et par la suite, si on a une réponse positive, on sait qu’on pourra relancer l’ensemble de notre réseau. Si la réponse est négative, on se questionnera sur ce qu’on fait pour la suite des choses.

Les liaisons sont arrêtées depuis plus de trois mois. La reprise du transport scolaire en mai a donné un coup de pouce, mais les temps demeurent difficiles. Si Intercar propose divers services, ce n’est pas le cas pour toutes les compagnies de transport.

En période d’arrêt, on avait une rémunération à 50 % pour nous permettre de couvrir nos frais fixes. Ça nous a permis d’avoir la tête hors de l’eau pour la période. Par contre, ceux qui ont seulement un service comme la location d’autobus ou l’interurbain simplement, ont des difficultés, affirme le président d’Intercar.

Il estime que l’industrie changera de visage après la crise. En attendant, il espère une réponse positive de la part de Québec quant à l’aide demandée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !