•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les agents correctionnels demandent une prime pour leur travail au front

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Les agents correctionnels demandent une prime pour leur travail au front

Rattrapage du vendredi 5 juin 2020
Une pancarte installée par le syndicat indique que les agents sont ''Au front chaque jour''.

Le syndicat des agents correctionnels a apposé des pancartes près de la prison de Roberval pour faire passer son message.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Le syndicat des agents correctionnels demande au gouvernement d'accorder une prime à ses membres en ce temps de pandémie afin de reconnaître la valeur de leur travail.

Pour diffuser le message, le syndicat a installé des panneaux aux abords des centres de détention, dont la prison de Roberval.

Les centres correctionnels ont été reconnus comme un service essentiel dès le début de la crise de la COVID-19, mais le syndicat maintient que le gouvernement doit aller plus loin et offrir une prime.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le président du syndicat au Québec, Mathieu Lavoie, a expliqué que les agents étaient au front chaque jour depuis l’arrivée du coronavirus et qu’ils s’exposaient quotidiennement aux risques.

Il y a une augmentation des tensions, des stress et des menaces. Le climat devient encore plus abrasif depuis le début de la crise.

Mathieu Lavoie, président, Syndicat des agents correctionnels du Québec
Le chemin menant à l'entrée de la prison de Roberval.

L'entrée de la prison de Roberval

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Mathieu Lavoie ajoute que le travail des agents de la paix s’exerce dans l’ombre, mais qu’il est temps de mettre en lumière toute leur polyvalence.

On est des pompiers, des policiers, des paramédicaux, des intervenants de première ligne, des fois tout ça dans la même journée. Il est temps de nous reconnaître.

Mathieu Lavoie, président, Syndicat des agents correctionnels du Québec

Le syndicat ajoute que les prisons sont aux prises avec une pénurie de main-d'oeuvre depuis plusieurs années. Mathieu Lavoie indique que la situation s’aggrave parce que plusieurs agents sont malades, sont retirés de la rotation par mesure préventive ou décident carrément de quitter le métier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !