•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La clientèle se fait rare dans les hôtels

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

La clientèle se fait rare dans les hôtels

Rattrapage du mardi 2 juin 2020
Une chambre d'hôtel comprenant un lit encadré par deux lampes.

Une chambre d'hôtel

Photo : Getty Images / PATRICK KOVARIK

Même si les hôtels sont considérés comme un service essentiel et qu'ils sont demeurés ouverts depuis le début de la pandémie, le taux d'occupation a chuté de façon radicale.

Le propriétaire de l'Hôtel Chicoutimi, Éric Larouche, a constaté le phénomène de près. Pour son établissement hôtelier de Saguenay, le taux d’occupation est d’environ 5 % actuellement alors qu’il frôle habituellement les 70 % à cette période de l’année.

À peine une dizaine de chambres sont occupées comparativement à une soixantaine en temps normal.

Depuis le début de la crise du COVID-19, il explique que la clientèle, autant d'affaires que touristique, déserte les villes. Il affirme que tous les hôtels opèrent à perte. Avec l’annulation des festivals, des événements culturels et l’interdiction des rassemblements, il avoue que l’été s’annonce difficile pour les hôteliers urbains.

On est en train d’analyser la situation et on essaie de trouver une façon d’attirer les visiteurs.

Éric Larouche, propriétaire
Un homme avec une barbe parle.

Le propriétaire de l'Hôtel Chicoutimi, Éric Larouche

Photo : Radio-Canada

Éric Larouche, également propriétaire de l'Auberge des Îles à Saint-Gédéon, précise cependant que l'hébergement en milieu de villégiature s'en tire beaucoup mieux. La demande est très forte, admet-il.

Il observe que les visiteurs de l’extérieur de la région préfèrent réserver loin des grands centres.

La situation est suivie de près par les hôteliers de la région qui ont mis sur pied une cellule de crise pour s’échanger des informations et mieux répondre à cette période exceptionnelle. Les propriétaires discutent ensemble chaque semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !