•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une employée du Zoo de Falardeau mordue par un tigre

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Une employée du Zoo de Falardeau mordue par un tigre

Rattrapage du jeudi 23 janvier 2020
Daniel Gagnon

Daniel Gagnon, propriétaire du Zoo de Falardeau

Photo : Radio-Canada

Un tigre qui se trouvait à la pouponnière du Zoo de Falardeau a mordu la main d'une employée. La blessure est superficielle, mais l'établissement en a tout de même tiré certaines leçons.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le propriétaire Daniel Gagnon a blâmé sévèrement l'employée en question. Il explique qu'elle revenait d'un long congé de maladie et qu'elle n'était pas préparée pour cette tâche.

La personne a décidé elle-même d’entrer, n’a pas respecté les protocoles.

Daniel Gagnon, propriétaire du Zoo de Falardeau

Il y a eu une confusion, ajoute-t-il. J’avais demandé aux gens qui étaient là de ne pas l’envoyer avec les animaux parce qu’elle n’était pas prête.

Daniel Gagnon indique que les employés qui travaillent auprès des animaux doivent être évalués avant d’entrer en contact avec ceux-ci.

Vigilance accrue

Le propriétaire affirme qu'il se montrera plus vigilant à la suite de cet incident. Il compte s'assurer que les animaux soient manipulés seulement par des techniciens diplômés.

Les pratiques ne changeront pas, ça va rester les mêmes pratiques, avec les mêmes protocoles. Sauf qu’il va falloir que moi je sois plus vigilant.

Daniel Gagnon, propriétaire du Zoo de Falardeau

Des agents de la faune ont visité la pouponnière après les événements. Des animaux de plus de 40 livres s’y trouvaient, comme le tigre en question, ce qui va à l’encontre des règles de l’établissement. M. Gagnon affirme que ce n’était que temporaire, puisqu’ils avaient été vendus à d’autres zoos. Ils ont maintenant été déplacés.

La visite des agents de la faune n’a provoqué la fermeture de la pouponnière que l’espace d’un après-midi. L’endroit est de nouveau ouvert au public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !