•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les humeurs de Rosalie et les solutions de rechange au Vendredi fou

C'est jamais pareil

Avec Frédéric Tremblay

En semaine de 6 h à 9 h

Les humeurs de Rosalie et les solutions de rechange au Vendredi fou

Rattrapage du vendredi 29 novembre 2019
Un montage de Rosalie devant un entrepôt rempli de boites.

Rosalie Dumais-Beaulieu consacre sa chronique hebdomadaire à la folie du Vendredi fou.

Photo : Radio-Canada

C'est le fameux Vendredi fou, une autre journée de plus dans l'année où les magasins nous aiment tellement qu'ils nous font des cadeaux. Une autre journée à drainer une boîte courriel inondée de petits codes promotionnels qui nous font sentir spéciaux.

Un texte de Rosalie Dumais-Beaulieu

À l’heure où on se parle, peut-être que les files s’allongent déjà dans les magasins pour fêter la Sainte-Consommation. On célèbre une vieille amie qui nous donne des p’tits papillons dans le ventre quand on l’approche, une bonne amie qui nous appauvrit, qui ne nous demande jamais comment ça va, mais qui nous offre un petit rabais de temps en temps pour s’assurer qu’on reste dans ses griffes. Cette amie, on l’appelle aussi le Vendredi fou. Les Canadiens dépenseront 29,5 milliards de dollars durant les journées de vente comme le Black Friday, nous dit la plateforme d’information à la consommation Finder. Qu’est-ce qu’il y a dans nos paniers? Des besoins de scrollage de réseaux sociaux avant de s’endormir, sûrement.

C’est vraiment de la folie, quand on pense que certains n’ont même pas les moyens de se permettre de remplir un panier sans faire de l’anxiété sur la fin du mois. Pour ne pas sombrer trop loin dans le côté sombre de ce vendredi, il y a plein d’autres choses à faire pour donner du sens à la Sainte-Consommation. Visiter un commerce local. Se conscientiser sur les conditions de travail de ceux qui produisent nos vêtements à l’autre bout du monde. Visiter une friperie pour mettre un pansement sur notre portefeuille et sur notre planète aussi.

C’est vrai qu’on économise et que c’est bien pratique. Ça serait bien hypocrite de ma part de vous dire ne pas y prendre part. Moi-même, juste avant de préparer ma chronique, j’ai passé une heure à remplir un panier imaginaire. Mon panier n’avait aucun sens. Il allait servir à combler des envies bien précises et temporaires. Un panier de futilités. Puis, j’ai eu une pensée pour le panier de mon amie Sarah.

Il faut que vous sachiez qu’elle a un grand cœur, mon amie Sarah. L’autre jour, elle m’a dit tout bonnement que chaque fois qu’elle allait à l’épicerie, elle achetait un petit quelque chose de plus pour une personne dans le besoin. Un dessert qui fait du bien, de la soupe Lipton pour le réconfort. D’autre fois, ce sont des brosses à dents, des couches, des tampons, qu’elle ira ensuite porter à un organisme pour les plus démunis. Toujours un nouvel item à son panier rempli de bonté.

Je n’ai jamais eu ce réflexe, même que je pense que je serais peut-être du genre à me dire que ça finit par coûter trop cher. Et tous mes sous économisés iraient dans une promotion du Vendredi fou.

Des fois, je me trouve absurde de penser comme ça. Mon panier rempli de trucs inutiles pour économiser 15 $ d’expédition ne vaut rien. Il ne vaut certainement pas plus qu’un panier qui ira à ceux qui ne peuvent même pas se permettre de déjeuner, parce qu’ils doivent économiser pour payer un souper convenable à leurs enfants.

Quand mon amie Sarah remplit son panier, elle lui donne un sens. J’essaie de m’en inspirer, même si ce n’est pas un réflexe naturel chez moi. Les roues de mes paniers de la Sainte-Consommation s’enfoncent souvent dans le tourbillon, mais au fond, le seul deal qui compte vraiment, c’est celui qu’on fait avec la générosité.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca